/entertainment/tv
Navigation
Fin de Kaboum

Un deuil difficile

kaboum
Courtoisie Kaboum, qui a connu énormément de succès sur les ondes de Télé-Québec, a pris fin après six années de succès. L’émission sera remplacée par une nouvelle série jeunesse qui s’intitulera Les Argonautes et qui débutera à l’automne. Sur cette image, on voit notamment Tania Kontoyanni, qui jouait la méchangte Embellena dans Kaboum.

Coup d'oeil sur cet article

Les Khrasmals et les Karmardors, qui s’affrontaient depuis 2007, ont fait la paix. La série jeunesse Kaboum, diffusée sur les ondes de Télé-Québec, a tiré sa révérence après six saisons de succès.

Kaboum était l’une des émissions phares de Télé-Québec, avec des auditoires dépassant 175 000 spectateurs. La dernière diffusée le 3 avril a attiré 258 000 fidèles.

Les adeptes et les comédiens, Khrasmals, Karmadors et Rodamraks compris, vivent depuis quelques semaines une période de deuil. Télé-Québec a choisi, après six saisons, de mettre fin à cette série de science-fiction.

« J’étais prête pour une autre saison. On était sur une belle lancée et on avait encore du jus. La courbe narrative était en place et des textes avaient été écrits. Ce fut un grosse déception », a laissé tomber Rachel Cardillo, qui compte parmi les auteurs de cette série jeunesse. Elle a dû écrire une toute nouvelle fin.

Les Khrasmals, selon le plan initial de l’auteure, devaient, à la fin de cette sixième saison, se fracturer en deux clans. Une des factions aurait été dirigée par Morviaq et l’autre, par Beurk pour le compte des Karmadors.

Exutoire

Francis Martineau, qui jouait depuis six ans le personnage de Martin Bordeleau, alias Geyser, avoue vivre un deuil difficile.

« On devrait, en ce moment, être en train de tourner les épisodes de la prochaine saison. Je n’en revenais tout simplement pas quand j’ai appris que c’était pour être la dernière année. Ça va me manquer », a lancé le comédien originaire de Québec.

Tania Kontoyanni, qui personnifiait Embellena, la seule méchante chez les personnages féminins de Kaboum, avoue s’être totalement éclatée avec cette série.

« C’est le projet télé où j’ai eu le plus de plaisir. J’ai redécouvert la signification du mot ‘‘jouer’’. C’est ce qu’on fait dans ce métier. On le sait intérieurement, mais on a parfois tendance à oublier. Plonger dans cet univers ludique était pour moi un exutoire. Ce n’est pas quelque chose que l’on retrouve dans une série conventionnelle pour adultes », a fait remarquer la comédienne, qui a passé toute son enfance dans le Vieux-Québec.

La folie

Les jeunes étaient particulièrement nombreux lorsque les comédiens de la série effectuaient des sorties officielles dans des événements publics et familiaux.

« J’allais chercher ma fille à l’école et j’entendais des enfants qui voulaient être Titania et jouer à Kaboum. C’était une belle folie et de voir les enfants embarquer là-dedans aura été mon plus grand cadeau », a mentionné l’auteure Rachel Cardillo.

Ce phénomène, selon Francis « Geyser » Martineau, est difficile à expliquer, outre cette fascination pour les jeunes envers les superhéros.

« J’étais très « flabbergasté » par tout ça. Il y a une famille en Abitibi qui s’est même déguisée et qui a tourné sa propre émission. C’était énorme et parfois troublant », a-t-il fait remarquer.

Commentaires