/lifestyle/focus
Navigation
Police

Des enquêtes indépendantes?

Coup d'oeil sur cet article

Que des policiers enquêtent sur les policiers lors d’une intervention où une personne est blessée ou trouve la mort a semé le doute dans la tête du public ces dernières années. L’affaire Fredy Villanueva, tombé sous les balles d’un policier, le 9 août 2008 à Montréal-Nord, a fait partie du débat.

« Au Québec, nous avons fait des pas énormes au plan de la déontologie policière », analyse Me André Fiset, auteur du livre Qui doit policer la police? « Les modèles qui existent en Ontario (ndlr : l’Unité des enquêtes spéciales, bureau indépendant d’enquête) ou encore au sein de la GRC, ont beaucoup de croûtes à manger. Depuis septembre 1990, nous avons un code de déontologie qui a des dents. Lorsqu’un policier est fautif, la décision est médiatisée. Les agents savent qu’ils ne peuvent pas agir comme ceux de la génération précédente. »

Impartialité

« Ce qui est dommage, c’est lorsque les gens y voient une théorie du complot dans le but de protéger des confrères », déplore le président de l’Association des policiers provinciaux du Québec (APPQ), Pierre Veilleux. « Aucun policier ne prendra la chance de mettre sa carrière en jeu pour celles des autres. » L’idée que des personnes autres que des policiers procèdent aux enquêtes indépendantes le laisse froid. « Il faut que les enquêtes soient faites par des policiers spécialisés en la matière et expérimentés. » Le sujet demeure délicat, alors que l’École nationale de police du Québec a refusé la demande d’entrevue du Journal pour ce reportage.

Le modèle québécois a des lacunes, concède Me Fiset. « Je déplore que la famille soit tenue dans l’ignorance lorsqu’il y a une personne décédée. »

Mandat de surveillance

Avec son projet de loi 46, le ministre de la Sécurité publique, Robert Dutil, a l’intention de mettre sur pied un Bureau civil de surveillance des enquêtes indépendantes. Les acteurs interrogés pour ce reportage voient cette initiative d’un bon œil afin d’offrir des garanties supplémentaires d’impartialité de ces enquêtes.

Commentaires