/news/politics
Navigation
Neuville | Aéroport

Le débat continue

Denis Lebel
© Les archives Reuters

Coup d'oeil sur cet article

Le dossier de l’aéroport de Neuville retiendra l’attention de quelque 2 000 municipalités au pays à l’assemblée générale annuelle de la Fédération canadienne des municipalités (FCM), le mois prochain.

Le dossier risque ainsi de revenir hanter le ministre fédéral des Transports, Denis Lebel, qui a pourtant affirmé, mardi aux Communes, que le cas de Neuville était pour lui « réglé ».

À défaut d’obtenir l’intervention du ministre Lebel dans ce dossier, la Ville de Neuville a choisi de se tourner vers la FCM, où elle présentera une motion à l’assemblée générale annuelle, à Saskatoon.

La motion dont Le Journal a obtenu copie stipule que la FCM « demande au gouvernement fédéral de consulter les municipalités sur les décisions touchant l’utilisation du sol pour l’emplacement d’aéroparcs privés ».

Un porte-parole à la FCM, Mouktar Abdillahi, indique que les motions déposées lors de l’assemblée générale annuelle font l’objet d’un débat. Si elles sont adoptées, elles se retrouvent ensuite dans le « livre des politiques » dont la FCM se sert pour faire ses revendications auprès du gouvernement fédéral.

Dans sa motion, la Ville de Neuville souligne en outre que l’aménagement d’un aérodrome engendre « incontestablement des impacts sur la protection du milieu agricole, l’environnement et la quiétude du voisinage en périphérie de la zone concernée ».

La municipalité rappelle aussi que l’implantation de l’aéroparc à Neuville a été faite « malgré le fait que les membres du conseil ont rejeté catégoriquement tout projet d’implantation sur le territoire ».

Lebel persiste

Plus tôt cette semaine, le ministre Lebel a répété qu’à son avis, le dossier de Neuville ne constitue pas un « enjeu de sécurité ». Il a auparavant fait valoir qu’il s’agissait d’un « enjeu local » qui nécessitait des « solutions locales ».

Le ministre avait aussi affirmé que, contrairement à ce que soutiennent les opposants au projet d’aérodrome de Neuville, le fédéral n’a pas carte blanche pour intervenir dans le dossier sur le plan légal.

Commentaires