/news/education
Navigation
Manif nocturne

Quatre arrestations au terme d'une longue manifestation

Coup d'oeil sur cet article

Après environ sept heures de marche, la 25e manifestation nocturne consécutive s’est soldée, tôt samedi, par l’arrestation de quatre personnes. Malgré quelques écarts de conduite, la manifestation a pu se poursuivre jusqu’aux petites heures du matin, pour prendre fin vers 3 h 30.

Moins d’une heure après le début de la manifestation, une arrestation a eu lieu et au moins un cocktail Molotov a été lancé en direction des forces de l’ordre, ce qui a forcé les policiers à déclarer la manifestation illégale, vers 22 h.

La marche qui réunissait près de 8000 manifestants avait pourtant débuté de façon pacifique, vers 21 h, dans le but de dénoncer le règlement interdisant le port du masque ainsi que la loi spéciale, adoptés respectivement quelques heures plus tôt par le conseil municipal de Montréal et l’Assemblée nationale.

D’ailleurs, pour la toute première fois depuis le début des marches nocturnes, le trajet de la marche avait été remis aux policiers. Toutefois, à peine quelques minutes après le début de la manifestation, les participants ont cessé de respecter l’itinéraire.

Peu de temps plus tard, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a confirmé qu’une arrestation a eu lieu pour voies de fait sur un agent de la paix.

La foule s’est ensuite montrée plus hostile envers les policiers et des projectiles ont été lancés dans leur direction près de l’intersection des boulevards Saint-Laurent et René-Lévesque.

Alors que certains manifestants ont décidé de quitter la marche qui s'est poursuivie dans une ambiance relativement calme, plusieurs autres participants ont continué de se joindre au mouvement.

Vers minuit, la foule était toujours estimée à plusieurs milliers de personnes lorsque la tension a monté de nouveau à l’angle des rues Sainte-Catherine et Berri. Quelques pièces pyrotechniques ont été lancées.

Au moment de faire le bilan, vers 4 h samedi, les policiers faisaient état de quatre arrestations au total, dont deux pour agression armée sur un policier et une pour voie de fait sur un agent de la paix.

Une autre personne a également été arrêtée, en vertu d’un règlement municipal, pour s’être retrouvée nue sur la voie publique.

Parmi les militants, une cinquantaine de personnes masquées ont été aperçues. Certains manifestants portaient des masques à gaz et d’autres étaient vêtus de noir.

Le règlement interdisant le port d’un masque lors d’une manifestation doit entrer en vigueur dès samedi à Montréal. La loi spéciale a pour sa part été adoptée vers 17 h 30 vendredi et a été sanctionnée peu après. La loi 78 est donc désormais applicable.

Aussi à Québec

Plus d’un millier de personnes ont manifesté vendredi soir dans les rues du Vieux-Québec pour montrer leur mécontentement face à la loi 78. Les leaders étudiants Martine Desjardins, Gabriel Nadeau-Dubois et Léo Bureau-Blouin étaient du nombre.

« Peut-être que certains d’entre vous pensez que ce soir, c’est un soir de défaite. Peut-être que certains pensent qu’aujourd’hui le mouvement étudiant a perdu. C’est faux », a lancé à la foule le coporte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois.

Par ailleurs, une manifestation a également eu lieu à Sherbrooke. L’événement qui a réuni près de 150 personnes a donné lieu à au moins une arrestation et à des confrontations entre policiers et manifestants.

Commentaires