/news/currentevents
Navigation
justice

La déchéance d’une avocate

D’autres accusations portées contre Jessie Bérubé

avocate insolente
Photo d'archives Me Jessie Bérubé, avocate de la défense.

Coup d'oeil sur cet article

L’avocate Jessie Bérubé accumule désormais les accusations, puisque après celle d’entrave à la justice, elle a été accusée jeudi de possession de stupéfiants.

Cette fois, l’accusation est tombée du côté du palais de justice de Montmagny et elle fait référence à un événement qui s’est produit le 9 mai.

Ce matin-là, la jeune femme de 29 ans est arrivée avec une demi-heure de retard au procès pour meurtre de son client, Daniel Blais.

Pendant que son confrère, Me Stéphane Beaudoin, interrogeait un policier, sans la présence des membres du jury, Me Bérubé a eu un violent spasme du bras et ses yeux se sont révulsés.

Victime d’une violente crise, les constables spéciaux du palais de justice ainsi que les policiers appelés à témoigner au procès ont tenté de calmer sans succès l’avocate.

Une ambulance a donc été demandée sur place et cinq personnes ont dû sortir la jeune femme du palais qui, toujours en proie à une violente crise, a tenté de mordre les constables et a frappé un policier au visage.

À bord de l’ambulance, elle a même dû être menottée parce qu’elle devenait trop violente pour elle et aussi pour les secouristes.

Cocaïne

Une fois arrivée au Centre hospitalier de Montmagny, une rapide vérification du sac à main de l’avocate aurait permis de trouver quelques sachets de poudre blanche, sachets qui ont été envoyés au laboratoire pour analyse.

Selon une information obtenue par Le Journal, la jeune femme aurait aussi mentionné à l’équipe médicale avoir consommé de la cocaïne pendant deux jours, en raison du procès en cours.

Le lendemain des événements, une perquisition a été menée au domicile privé de la jeune femme par les policiers de la Sûreté du Québec.

Bien que du cannabis ait été retrouvé chez l’avocate, pour l’instant, aucune accusation n’a encore été portée.

Entrave

Jeudi, lors de sa mise en accusation pour entrave à la justice, l’avocate était absente, mais représentée par Me Marc Delisle. La cause a été reportée au 21 juin.

Pour la suite des procédures, l’avocate devra respecter certaines conditions, notamment celle d’avoir une bonne conduite et de garder la paix, conditions qui ont été reconduites.

Pour ce qui est de l’accusation de possession de cocaïne, la jeune femme doit comparaître officiellement le 8 juin, à Montmagny.

Syndic du Barreau

Depuis le début de la « saga Bérubé » le Syndic du Barreau s’est toujours fait discret ne voulant pas commenter l’histoire.

Contacté mercredi, le Syndic du Barreau nous a fait savoir que l’avocate était toujours membre du Barreau, puisque malgré les accusations qui pèsent contre elle, elle est toujours présumée innocente. 

Commentaires