/news/currentevents
Navigation

Il avoue et se suicide

Le présumé auteur du double meurtre s’est confessé le soir-même

Meurtres et suicide
Photo Agence QMI, Éric Beaupré Après avoir avoué qu'il a tué deux personnes à Drummondville, il se suicide.

Coup d'oeil sur cet article

Coups de feu à Drummondville. Deux morts, Yvan Patry et Valérie Fortin. Puis, quelques heures plus tard, décharge à Asbestos, une seule cette fois. Raynald Pinard tombe. Il a retourné l’arme contre lui.

Entre les détonations, l’intervalle d’un silence qui s’étoffe peu à peu.Vers 22 h 30, hier, l’homme de 63 ans se présente à la brasserie Le Match, à Asbestos. Son visage est constellé de gouttelettes de sang.

« Il s’est assis au bar et a demandé s’il pouvait retirer 500 $ », raconte Karol-Ann Parker, 18 ans, qui travaillait ce soir-là.

Devant l’air interdit de la jeune fille, il dépose un badge doré sur le comptoir et montre l’arme qu’il porte à la poitrine.

« T’as pas à t’inquiéter, je suis de la police », lui lance-t-il.

Son discours est décousu, sans être menaçant. Il paye des consommations aux clients, blague avec eux.

« Il était loadé comme un tank », relate Dany Boisvert, qui a identifié l’arme comme un revolver .357 Magnum.

Aveux

Après quelques verres, l’hom­me se confesse, sans filtre. Son récit est cru. Il décrit en détail comment il a fait irruption chez Yvan Patry, 49 ans, et Valérie Fortin, 46 ans, deux heures plus tôt, avant de les abattre de sang-froid. Il se sait recherché.

Peu après, il quitte les lieux, rattrapé par la police quelques mètres plus loin. Après de longues négociations, il se suicide en pleine rue d’une balle à la tête.

Mobile fragile

Le lien entre Raynald Pinard et ses victimes est mince. M. Patry était cadre chez Emballage Mitchel-Lincoln de Drummondville. M. Pinard y a travaillé comme agent de sécurité pour la firme SPI avant d’être congédié dans la dernière année, a appris le Journal.

Au bar, il aurait évoqué une situation au travail « allant à l’encontre de ses convictions » pour expliquer son meurtre. À l’usine, tous les soupçons pointaient vers le sexagénaire.

Les employés rencontrés sur place ne concevaient pas qui aurait pu en vouloir à M. Patry, décrit comme « calme et très professionnel ».

Un ami

En soirée, le forcené a souhaité contacter « un ami », Jean-Guy Lupien.

Rejoint à son domicile, hier soir, ce dernier a plutôt parlé d’un « confrère de travail » dont il n’avait pas eu de nouvelles depuis décembre dernier.

« Je suis surpris en tabarouette qu’il ait voulu m’appeler, je ne peux pas concevoir qu’il ait fait ça...», a-t-il lâché, visiblement ébranlé.

 

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.