/news
Navigation
Radars photo

Plus de 25 M$ en amendes

Coup d'oeil sur cet article

En moins de trois ans, les 15 radars photo et caméras aux feux rouges de la province ont rapporté plus de 25 millions en amendes pour un total de 179 429 constats d’infraction.

Selon les données obtenues par le Journal, le radar photo situé sur l’autoroute 15 Sud, à 300 mètres de la sortie Atwater, est toujours le plus payant. Le montant global des amendes des cinq autres radars fixes est même moins élevé que ce fameux site qui rapporte beaucoup d’argent dans les coffres du gouvernement.

Sur les 149 182 constats signifiés par les six radars photo fixes, 60 759 (40,7 %) ont été captés sur cette portion de route entre le 19 août 2009 et le 30 avril 2012. À lui seul, cet appareil a cumulé la moitié du montant total des constats. Une mise à jour a été réalisée au cours des dix derniers mois.

Entre le 19 août 2009 et le 30 juin 2011, le radar de l’autoroute 15 avait récolté plus de 10 millions du montant total des constats, qui était de 19,6 millions.

Rentabilité douteuse

« C’est leur trappe à tickets. On m’a raconté qu’il avait fait refaire l’asphalte sur cette ­portion! Encore une fois, on ne sait pas combien ça coûte de les opérer. La première fois, les ­radars avaient rapporté 20 millions, mais les coûts d’opération étaient de 19 millions. En enlevant la trappe à ticket sur Décarie, ce n’est pas rentable », affirme Karl Hamel, président de Québec-Ticket.

En 2011, l’ancien policier et expert en sécurité routière Robert Poeti avait utilisé des mots identiques sur cet emplacement controversé. Pour sa part, le président de la Table québécoise de la sécurité routière, Jean-Marie De Koninck, a toujours ­défendu l’utilité des radars photo.

Ailleurs, le radar fixe de Boucherville, sur l’autoroute 20 Ouest, et celui de Pincourt, sur l’autoroute 20 Est, se partage le deuxième rang avec des gains similaires de 3,1 millions et trois millions.

À Lévis, celui situé à un kilomètre du pont Pierre-Laporte a généré des amendes de 1,8 million. En Beau­ce, à Saint-Georges, le chiffre dépasse tout juste un million. Évi­dem­ment, ces montants d’argent ne sont pas les sommes qui ont été réellement payées par les automobilistes jusqu’à maintenant.

Court effet

« On ne parle pas encore de ce que ça coûtera pour les contestations parce que ce n’est pas vraiment commencé encore. C’est bien écrit, à cette étape, il s’agit d’une valeur potentielle. Ça va être encore moins rentable lorsque nous allons mettre la machine à l’épreu­ve. Et ils veulent en mettre 240! », ajoute M. Hamel. Malgré ses critiques, ce dernier appuie fortement le projet de radar photo mobile en zone résidentielle, excellent selon lui pour la sécurité routière.

Zone sensible

À Montréal et Québec, le Journal a démontré, radar en main, que les appareils fixes ont un effet bien court sur le comportement des automobilistes. Avant et après la zone sensible, environ 30 % des conducteurs dépassent la limite légale de 10 km/h ou plus.

 

Sur le même sujet
Commentaires