/sports/huntfish
Navigation
Chronique

Les secrets du Témiscouata

truitegrise
Courtoisie Bruno Morency pose ici avec une magnifique truite grise de 29 pouces qu’il a capturée dans les eaux du lac Témiscouata.

Coup d'oeil sur cet article

Lorsqu’il est question de destinations de pêche accessibles, il est rare que le nom du lac Témiscouata apparaît. Pourtant, il a beaucoup à offrir aux amateurs.

« Personnellement, j’y passe un mois par année pour guider des amateurs mais aussi pour découvrir les secrets qu’il nous cache, d’expliquer Bruno Morency, guide professionnel, qui pêche dans le lac Témiscouata depuis plusieurs années. Les gens ne le soupçonnent pas mais il y a de très belles mouchetées jusqu’à cinq livres et des grises de près de 20 livres. Nous en avons capturé cette année. Vraiment, pour débuter sa saison, c’est un endroit idéal. »

Situé à un peu plus de deux heures de Québec, tout près de la frontière avec le Nouveau-Brunswick, cet immense lac a de quoi satisfaire les pêcheurs mais il faut le respecter.

« C’est un lac immense et son orientation nord-sud fait en sorte que parfois, il peut devenir très mauvais avec de grosses vagues. Il faut donc s’y rendre avec une embarcation adéquate. À certains endroits, on retrouve des profondeurs de 300 pieds. C’est une véritable mer intérieure mais qui a beaucoup à offrir. »

La température de l’eau

La clé du succès lorsqu’on pêche sur une telle mer intérieure, c’est de bien connaître les températures d’eau pour dénicher les endroits où les poissons se trouvent.

« Lorsque nous nous sommes présentés sur place au début de mai, l’eau était à 42 degrés en bordure du lac. Dès le départ, nous avons capturé des poissons mais dont l’estomac était vide. Aussitôt que l’eau a atteint les 54 degrés, la zone de confort des truites mouchetées et des truites grises, alors là, les poissons ont grossi.

«Comme ils étaient en chasse pour se nourrir, ils mordaient de façon agressive. Il ne faut pas oublier que ces deux espèces sont de redoutables prédateurs qui cherchent à se nourrir en mangeant de petites perchaudes ou des corégones, de l’éperlan et de l’épinoche, autant d’espèce de poissons fourrages qui se trouvent dans le lac. Plus la température de l’eau augmentait, plus il fallait s’éloigner du bord pour retrouver les poissons dans un peu plus profond d’eau.

«Au début, nous les capturions dans six à 12 pieds d’eau alors que par la suite, ils se tenaient en suspension dans des profondeurs de 25 à 50 pieds, pour la grise entre autres. Vraiment, il faut que les amateurs se rappellent que lorsqu’ils pêchent dans un aussi gros plan d’eau, ils doivent être bien équipés pour connaître la température de l’eau. »

Techniques et leurres

Lorsque l’eau se réchauffe en bordure du lac, c’est la perchaude qui envahit les lieux. Alors, la truite mouchetée se retrouve plus en profondeur.

« Pour avoir du succès, les gens devraient toujours avoir avec eux un thermomètre pour mesurer la température de l’eau et ainsi savoir où le poisson se trouve. Il est certain qu’en pêchant sur un tel lac, il faut avoir des équipements adéquats comme des Down Rigger pour déposer les leurres à la bonne profondeur, sans oublier les Sonars qui sont très utiles aussi.

«Si jamais un amateur n’a pas d’équipements pour déposer son leurre en profondeur, je conseille d’utiliser un marcheur de fond de trois ou quatre onces qui permettra de descendre le leurre à la bonne hauteur. Également, pour déjouer le poisson, je suggère d’utiliser de 36 à 48 pouces de Fluo carbone derrière le marcheur pour attacher l’appât.

«Il est invisible et il ne s’étire pas comme le monofilament. Avec cette façon de monter les lignes, les pêcheurs pourront déjouer plus adéquatement les poissons qui ne se douteront de rien. »

Pour les leurres à utiliser l’expert nous a expliqué qu’il avait eu du succès avec la Lake Trout Spoon dans les modèles 44-71 et que plus la saison avance, il faut se tourner vers les modèles 88 et 72.

Les Fish Dancers en demi-lune dans les couleurs chartreuse, blanc et jaune et orange ont aussi donné des résultats.

L’utilisation de poissons nageurs comme les Thin Finn, Yuzuri, Daïwa et les J-11 et J-13 articulés de Rapala, ont aussi donné d’excellents résultats.

Vous pouvez accéder au lac via Cabano, Notre-Dame-du-Lac et Dégelis.

Comment congeler son poisson

Plusieurs amateurs de pêche utilisent différentes techniques pour congeler leurs prises. On nous a demandé quelle était la meilleure méthode. Même chez les experts, il n’y a pas de recette unique.

« Que ce soit du doré ou de la truite mouchetée, je les congèle toujours éviscérés dans l’eau pour former un bloc de glace, explique Bruno Morency. Cette méthode permet de déguster ses prises comme si on venait de les capturer. Il n’y aura pas d’odeur désagréable à la décongélation et le bon goût sera toujours au rendez-vous. La même technique peu aussi s’appliquer avec des filets de poisson. »

Papier plastique et aluminium

Pour le chef du restaurant Le Graffiti et grand amateur de pêche Robert Saunier, tout est une question d’emballage adéquat.

« Il est certain que l’emballage sous vide demeure une des meilleures techniques, mais comme ce ne sont pas tous les pêcheurs qui possèdent ce genre d’équipement, tout peut se faire en emballant adéquatement les poissons.

«Une fois qu’ils sont éviscérés, je les emballe dans de la pellicule plastique très serrée et je rajoute par la suite du papier aluminium pour empêcher les morsures du froid dans le congélateur. Il suffit par la suite de les placer dans un sac en plastique hermétique et le tour est joué.

«Lorsque vous ressortirez vos poissons au bout de deux ou trois mois, ils seront impeccables et même le limon sera toujours dessus. »

Pêche en ville

Vendredi, samedi et dimanche, l’organisation Pêche en ville procédera à des ensemencements de truites mouchetées dans le secteur du parc Chauveau, près de la passerelle.

C’est donc l’occasion pour vous de pêcher de belles mouchetées en pleine ville, dans les eaux de la rivière Saint-Charles. Rappelons que la pêche est gratuite. Vous devez toutefois posséder votre permis de pêche provincial.

Commentaires