/news/education
Navigation
Conflit étudiant

Encore des arrestations

Manifestation Québec
© Photo René Baillargeon

Coup d'oeil sur cet article

Après plus d'une heure de manifestation illégale, l'escouade anti-émeute a violemment sonné la fin de la récréation sur la côte d'Abraham, jeudi soir.

 

Plusieurs arrestations ont été effectuées près de la côte Sainte-Geneviève et au moins deux personnes ont été blessées. L'auteur de ses lignes a même été frappé au bras et projeté violemment au sol à deux reprises. Rien ne laissait présager l'apparition des casques et des matraques. Les manifestants avaient choisi de remonter la côte d'Abraham à contresens. Aucun incident ni aucun acte de vandalisme n'avait eu lieu à ce moment.

 

Les autorités ont pris le groupe de plus d'un millier de personnes en sandwich, à l'avant et à l'arrière, entre le mur et les immeubles. Pris au piège plusieurs n'ont pu fuir à temps.

 

L'intervention a été courte et musclée. Les policiers ont cassé des bouteilles pour faire peur à la foule. Aucun projectile ne semble avoir été tiré.

 

Une quinzaine de minutes après leur apparition rapide, les policiers ont disparu avec tous les véhicules. Vers 22h30, le bilan n'était toujours pas disponible.

 

Dès le départ, la manifestation a été déclarée illégale par les autorités. Les marcheurs sont partis avec un peu d'avance vers 20h50 sans donner le trajet. Après une promenade plutôt calme en haute-ville, les manifestants sont descendus sur le boulevard Charest et Dorchester.

 

À chaque intersection, les troupes faisaient mine de prendre une direction avant de soudainement changer d'itinéraire.

 

 

La banane de la résistance était de retour jeudi soir.

 

 

Gabriel dit «La banane», est un sculpteur qui étudie en création littéraire. Une nouveauté ce soir, il a ajouté un arsenal de bananes sur une ceinture de munitions portée en bandoulière.

 

«Je me suis dit que c'était le temps de sortir le gros stock contre Charest. Les cigares et les bananes.»

 

L'étudiant a été arrêté au moins deux fois par les policiers jusqu'à maintenant.

Commentaires