/opinion/columnists
Navigation

Extrême inc.

Coup d'oeil sur cet article

Un drogué à l’os mange le visage d’un homme à Miami. À Montréal, un désaxé jusqu’ici dopé à la porno et à la cruauté animale tue et démembre un individu en se filmant.

Vers quoi allons-nous? Quels sont les prochains épisodes de cette descente vertigineuse vers les abysses de l’extrême, de cette soif débridée de frapper plus fort, de tuer en direct, de baiser plus tôt.

L’extrême comme nouvelle norme

Dans son essai, « Les taupes frénétiques », Jean-Jacques Pelletier explique bien le phénomène.

« L’extrême devient la normalité, tant pour les individus que pour les groupes. N’est digne d’intérêt que ce qui est extrême, n’est désirable que ce qui est extrême. (...) Ainsi s’expliquerait la quête de l’intensité qui semble être, pour de plus en plus d’Occidentaux, le cœur de la recherche du bonheur : une fébrilité permanente, dans tous les aspects de la vie, qui permettrait d’oublier la perte de sens. »

Twitter extrême

Dans cette montée des extrêmes, il y a l’univers des médias sociaux et cette nouvelle domination de l’insulte, de cette tolérance de l’intolérance.

Twitter et Facebook fourmillent d’excités et de paumés se vautrant dans l’insulte et le mépris.

Les « Tweet-fights » deviennent alors des combats extrêmes d’insultes devant un public qui jette de l’huile sur le feu.

Dans ce mélange toxique d’anonymat et de désinhibition, on insulte violemment et on exploite éhontément les références historiques à notre avantage.

Derrière ces masques se confirment la chute de la civilité et de ses sœurs politesse et courtoisie.

Sexe hard

L’extrême à l’horizontal maintenant. On a nos premières relations sexuelles de plus en plus jeune, on est au deux et aux trois. L’oral, c’est dès le primaire, l’anal, lui, devient banal.

La porno des années 80 avec ses seins format Club et ses phallus surdimensionnés a laissé la place à une porno extrême où même le gangbang semble devenir carrément ringard.

Nous sommes à des années-lumière du Hustler et ses vulves en zoom sur papier glacé qui provoquaient l’émoi, à des lunes des plans de Larry Flynt qui scandalisaient.

Et que dire de ces pédophiles qui semblent vouloir s’engager dans des combat extrêmes de... collections de photos de viols d’enfants!

On n’a qu’à penser à Jean-François Harrison, le comédien pédophile qui avait en sa possession pas moins de... 19 000 photos d’enfants (même des bébés!) victimes d’agression sexuelle et plus de 9 000 autres photos d’enfants nus!

Plusieurs d’entre nous ne réussiront jamais à prendre autant de photos de famille ou de paysages dans toute une vie!

Les drogues extrêmes

Cette semaine, Rudy Eugene a littéralement mangé le visage d’un sans abri alors qu’il était sous l’effet du « bath salts » un nouveau LSD, plus puissant et plus stimulant.

Les drogues des années 60 faisaient voir des arcs-en-ciel, plusieurs pochettes de disques en témoignent.

Aujourd’hui, les urgences psychiatriques de la région de Québec débordent de jeunes consommateurs de « peanuts » et autres sales drogues chimiques.

Le centre le Portage a inauguré son nouveau centre cette semaine, pour justement accueillir une plus grande clientèle de polytoxicomanes dont certains ont à peine 13 ans!

Je crains que le bruit assourdissant, que le grondement tonitruant de l’extrême social n’écrase mortellement la nuance et le silence vital.

Sur ce, je vous souhaite un bel été... extrêmement à votre goût!

Commentaires