/opinion
Navigation

Un député des cols rouges

Coup d'oeil sur cet article

10 000 cols rouges pour commencer, qu’il disait...

Numéro 1

Inscrit à www.colrouge.com, une idée de Sylvain Bouchard, du FM93, pour réveiller les citoyens qu’on veut classer dans une majorité silencieuse où le silence doit être compris comme le nouveau synonyme de lâcheté. Il se propose d’emmener un député à l’assemblée, juste un...

Numéro 28

C’est moi. Je suis Josey, animatrice de radio. Je travaille dur depuis toujours, j’aime mon pays, l’homme de ma vie et notre petite princesse, je suis une col rouge qui tripe sur la vérité et le bonheur qu’on doit sans arrêt renouveler, approfondir, sans jamais rien lâcher. Je ne me reconnais plus dans ma province, j’ai peur qu’on croit en la désinformation des médias qui nous martèlent un Printemps érable en sachant bien que les deux tiers du Québec n’en veulent pas, de leur révolution.

Numéro 87

C’est un écrivain, tiens, un artiste... Il se bat pour être toujours mieux édité, il sait que ses positions lui feront perdre des critiques, des articles, après pourtant une vingtaine de livres qu’il a écrits pour connaître l’âme, celle des peurs et des gens vrais qui se battent pour survivre ou ne pas être détruits : la vraie histoire, pas celle désinformée. Il ne veut pas d’une nouvelle fracture entre les gens, aussi forte que les haines du référendum, il n’en veut pas.

Numéro 1 000

Le mouvement s’accélère. Marie roulait sur la 20 quand elle a entendu l’appel. Au début, elle était pour le mouvement quand il n’était pas encore récupéré par les gauchistes montréalais. Elle a aimé ce grand mouvement des familles, elle était heureuse que Montréal se réveille. Elle est maintenant tannée d’entendre des slogans totalitaires, des « Charest est un Vladimir Poutine »... Elle a peur que son chum perde sa saison dans un centre-ville barricadé contre les casseurs. Son enfant a perdu son trimestre, empêché de travailler malgré les injonctions.

Numéro 1 234

Peut-être ce Jean qui nous a appelé. Il ne veut plus de tribunaux, d’arrestations, de casseurs, de casseroles, de négociateurs de 19 ans qui vont décider pour lui alors qu’ils n’ont d’expérience que d’une première année... d’arts plastiques. Il veut des restaurants et des hôtels pleins de touristes, pas entendre que certains, peut-être, fermeront. Il ne veut plus de... de quoi aussi? Il est surtout tanné. Il veut qu’on revienne à l’expression de la démocratie qui élit ou défait ceux qui veulent gérer le Québec.

Numéro 7 000

Déjà tant de cols rouges en quelques heures, qui suivent une idée folle, née de quelques autres qui veulent que la majorité silencieuse, tant décriée par les médias, ceux qui se lèvent tôt, payent leurs impôts et veulent la tête d’un gouvernement qui a baissé les bras. Il y a ce policier qui voit les regards des autres, ce professeur qui a peur que ses collègues le mettent au banc, ce plombier qui perd sa job et tous ceux qui me laissent des messages.

Numéro 24 000

Les cols rouges se lèvent, il est 5 h, le mercredi 30 mai. Et demain? Un peu d’espoir, beaucoup d’espérance à l’échelle de ma ville. Moi, c’est l’espérance qui me fait avancer, pas le passé de l’histoire truquée, pas le souvenir d’un Che ou d’un Robespierre, sauveurs de l’humanité. Le futur que je veux ne sera jamais le mirage d’un printemps.

Commentaires