/lifestyle/books
Navigation
Stéphane Bern – Le destin d’une reine

Portrait de 60 ans de règne

Stéphane Bern
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le journaliste, écrivain et présentateur télé français Stéphane Bern, spécialiste des têtes couronnées, raconte le fabuleux parcours de la reine Élizabeth II dans Le destin d’une reine, publié à l’occasion de son jubilé de diamant.

De la jeune femme timide montée sur le trône sans préparation aux cérémonies officielles, en passant par des engagements politiques, Stéphane Bern décrit la vie de cette souveraine classée 41e femme la plus puissante du monde.

Elisabeth Alexandra Mary Windsor, communément appelée « The Queen », est reine de 16 États indépendants, chef du Commonwealth et commandant en chef des armées de chacun de ses royaumes depuis le 6 février 1952.

« Débarquée » sur le trône à 25 ans, elle sera intronisée en réalité le 2 juin 1953. Sa dynastie, son destin, sa personnalité hors du commun signent soixante années de règne, qui fut le quatrième plus long de toutes les monarchies européennes, derrière Louis XIV, l’empereur François-Joseph d’Autriche et son aïeule, la reine Victoria.

Parcours unique

Après la reine Victoria en 1897, Élizabeth II entre dans l’histoire comme étant le deuxième monarque britannique à célébrer son jubilé de diamant.

Stéphane Bern parle de son enfance, proche de la nature, des animaux, de la famille, de son sens du devoir, hérité de son père, et de ses talents en politique et en diplomatie, de sa reconnaissance envers Winston Churchill.

De nombreuses photos rappellent son parcours : son enfance, son mariage, ses visites à l’étranger, ses rencontres marquantes avec des chefs d’État ou des personnalités, la mort de Lady Diana, le mariage de son petit-fils William.

Ses châteaux

Un chapitre est consacré à ses châteaux : Buckingham, Windsor, Sandringham, Balmoral...

« C’est à Balmoral que la reine redevient une femme simple qui organise des pique-niques sans protocole, des soirées à jouer au scrabble, à faire des puzzles ou à regarder la télévision », écrit-il.

 

Commentaires