/news/currentevents
Navigation
Breton s’excuse

« Je suis allé trop loin »

Coup d'oeil sur cet article

Le chroniqueur à CHOI Radio X Réjean Breton s’excuse des propos qu’il a tenus en ondes mercredi, lors du 5 à 7, alors qu’il disait vouloir que le porte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois, reçoive une claque sur la gueule.

« Je vais m’excuser publiquement. Je m’excuse », a déclaré Réjean Breton.

« Il y a beaucoup d’exaspération, de la frustration, parce que ça fait quatre mois que ça dure, mais c’est certain que je suis allé trop loin », a expliqué Réjean Breton.

Lors de l’émission animée par Dany Houle mardi soir, le chroniqueur avait laissé tomber cette phrase-choc : « Si la prochaine fois que ti-cul Dubois débarque à Québec, y peut pas passer. Pis que s’il essaye de passer, il prend une claque sur la gueule. »

Cette citation n’est pas passée inaperçue. Sur le Web, plusieurs chroniqueurs et blogueurs ont dénoncé les mots utilisés par Réjean Breton. Les commentaires des lecteurs l’accusent d’ailleurs d’avoir fait la promotion de la violence durant sa chronique.

Écœurement

Toutefois, Breton se défend d’avoir ainsi fait la promotion de la violence envers Gabriel Nadeau-Dubois. « Je n’ai jamais donné un coup de poing de toute ma vie. Je ne prône pas la violence, mais la grande majorité de la population est écœurée de tout ça », reconnaît le chroniqueur.

De son côté, l’animateur Dany Houle regrette ce qui s’est passé en ondes hier soir. « Des fois dans un show, ça va vite. Pour moi, ce n’est pas une solution. Je ne veux pas prôner la violence sur les ondes de CHOI, je ne veux pas faire la promotion de la violence. On la dénonce habituellement », a souligné l’animateur de Radio X.

« Ce n’est pas une bonne affaire, je n’approuve pas les dires de M. Breton. C’est que j’aurais peut-être pu tempérer. Je tempère souvent, mais cette fois-là, je n’ai pas été capable de pogner la puck », avoue Dany Houle.

Un recours?

Pour Gabriel Nadeau-Dubois, ce sont des paroles qui n’ont pas leur place en démocratie. « Selon nous, les propos sont inacceptables. C’est un appel à la violence.

« Je n’exclus pas d’intenter des recours, mais pour le moment, je n’en suis pas rendu là », a-t-il ajouté.

Commentaires