/news/education
Navigation
Meilleurs profs du Québec

Le feu sacré pour le métier

Marie-Josée Hamel
© Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

 Lequel est apparu en premier entre l’œuf et la poule? C’est le paradoxe de Marie-Josée Hamel, professeure de mathématiques en 4e secondaire, au Collège Saint-Bernard.

Quelle passion a surgi en premier? Les mathématiques ou l’enseignement? Ce n’est certes pas mentir de dire que les mathématiques ont servi de bougie d’allumage.

« J’ai un baccalauréat en mathématiques pures. Quand est venu le temps de faire un choix de carrière, j’ai complété ma formation avec un certificat en enseignement. »

« Le premier jour où j’ai mis les pieds dans une classe pour mon stage, j’ai dit : Mon Dieu! Je suis à la maison! Le coup de foudre a été instantané. »

Bien sûr, les mathématiques restent au cœur de sa passion. Toutefois, comme elle le répète souvent à ses élèves, « c’est bien de savoir compter, mais c’est encore mieux d’être quelqu’un sur qui on peut compter. »

Les jeux de mots représentent sa principale marque de commerce. L’enseignante a un sens inné pour la répartie, au grand plaisir de son auditoire.

« Les mathématiques, c’est une matière qui ne laisse personne indifférent. Soit qu’on aime et qu’on en mange, soit qu’elles nous laissent un goût amer et qu’on avance à reculons... »

Des maths en chanson

Rien n’est trop exagéré pour rendre ses cours intéressants. Pour aider ses étudiants à retenir les paramètres, elle a transformé les paroles de la chanson de La mélodie du bonheur.

Mme Hamel incarne peut-être l’autorité et la sévérité, mais c’est une passionnée qui a à cœur la réussite de ses jeunes.

« Je ne me considère pas comme un sage dans son temple. Je me vois plutôt comme un coach, quelqu’un qui les pousse vers l’avant. Ils savent qu’avec moi, ça va bouger! »

« S’il faut que je fasse la chandelle ou que je joue à une partie de bras de fer avec les gars, je vais le faire sans hésitation. »

Les techniques développées par Mme Hamel au fil des ans portent fruit.

« Oui, ça marche! Je ne suis pas à l’abri des échecs, bien sûr. Mon défi, c’est d’aller tirer le meilleur d’eux-mêmes. Qu’on le veuille ou non, nous sommes en compétition avec les technologies de l’information. »

« Les jeunes évoluent dans un monde où la communication est instantanée. On n’a pas le choix. Il faut que je sois intense si je veux qu’ils retiennent la matière. Je bâtis là-dessus. »

Comme au théâtre

L’enseignante dynamique a joué au théâtre pendant quelques années. Les rôles de comédienne et d’enseignante ne sont pas aussi aux antipodes qu’on pourrait le croire.

« Je donne une performance, mais c’est ma façon naturelle d’être comme ça. Je suis toujours passionnée. Les jeunes m’allument encore. Pour rien au monde, je ne ferais un autre métier. »

Bien qu’elle enseigne dans une école privée, il y a toujours quelques oiseaux blessés qui ont perdu le goût d’apprendre.

« Je trouve ça vraiment triste de voir un jeune de 15 ou 16 ans un peu désabusé. C’est difficile de les intéresser. »

Pour gagner l’estime de ses étudiants, Mme Hamel a simplement besoin de rester qui elle est, c’est-à-dire, une personne intègre, honnête, sincère et cohérente.

Marie-Josée Hamel
Âge : 46 ans
Années d’expérience : 21
Au Collège Saint-Bernard depuis 2007
Q Quels sont vos trucs et vos secrets?
RIl faut que les jeunes professeurs déterminent d’abord ce qui est important pour eux. À part ton chapitre, qui es-tu? Qu’est-ce qui est important pour toi? Quelles sont tes valeurs?
QSi vous étiez ministre de l’Éducation, que changeriez-vous?
RJe proposerais un programme de mentorat pour les jeunes professeurs. L’enseignement, c’est quelque chose qui s’apprend sur le tas. On prend de l’expérience en cours de route. Ça prend cinq ans d’enseignement pour voir toutes les facettes du métier.
Q De quel événement êtes-vous le plus fière comme enseignante?
RJe suis toujours impressionnée par le courage des jeunes qui viennent me voir, après plusieurs années, simplement pour me dire bonjour ou me remercier. Ça prend du guts! Il y a de fortes chances pour que j’aie oublié leur nom, mais ça me fait toujours plaisir de les revoir!
Commentaires