/sports/others
Navigation
W-League | Amiral

La filière tunisienne en action

Coup d'oeil sur cet article

L’Amiral de Québec planifie depuis déjà trois ans de miser sur une filière tunisienne afin de laisser sa marque dans la W-League de soccer. Vendredi soir, lors de la visite du Rage de Hamilton, le plan sera enfin mis à exécution au stade du collège F.-X.-Garneau.

Arrivée à Québec, Sabrine Mamay complétera le trio tunisien de l’Amiral aux côtés de Marwa Chebbi, établie avec l’équipe depuis l’été 2009, ainsi qu’Imen Troudi, fraîchement débarquée dans le navire depuis la semaine dernière.

« Sabrine m’a texté, hier (mercredi), et elle veut jouer tout de suite. Elle peut jouer demie latérale ou défenseure latérale et peut très bien passer le ballon », a résumé l’entraîneur-chef Samir Ghrib, pas peu fier de sa dernière prise.

« On connaissait déjà tout le talent de Marwa, et Imen est considérée comme l’une des meilleures joueuses en Afrique. On devient vraiment meilleures. Il faut que les gens viennent voir ça! »

Travail de longue haleine

Les efforts de recrutement tunisien ne datent pas d’hier. Guillaume Couillard, aujourd’hui adjoint de Ghrib, avait pris part à un tournoi en France comme entraîneur chez les Élans de Garneau en 2009.

Lors d’un match contre l’équipe nationale tunisienne, le trio tunisien a été observé d’emblée.

« Les liens se sont tissés rapidement et Marwa a fait le saut chez nous. L’an passé, on a réactivé la filière, mais ça n’a pas fonctionné pour des raisons scolaires. Joëlle Gosselin (Amiral) et Alexandra Brunelle (Royal-Sélect) sont allées en vacances en Tunisie, en décembre, et les liens se sont resserrés. Tout est tombé en place, cette année », se réjouit Ghrib.

Attaque dangereuse

Dès ses premiers pas avec le club semi-professionnel de Québec sur la route le week-end dernier, Troudi a produit nombre de flammèches en attaque. Ce soir (19 h), elle bénéficiera par ailleurs du retour au jeu de Josée Bélanger et de la milieu de terrain Andréanne Gagné.

« Le casse-tête est en train de prendre forme. Il y a une saine concurrence dans l’équipe et les filles savent que le temps de jeu va se mériter. Pour une équipe, c’est la meilleure chose qui puisse arriver. »

Commentaires