/homepage
Navigation
FLEURS ET JARDINS

Des réponses à vos questions (3e partie)

Coup d'oeil sur cet article

Pour une troisième et dernière semaine, voici quelques réponses aux nombreuses questions que m’avez posées par courriel ce printemps. Dorénavant, je vous suggère de me poser vos questions par l’intermédiaire de mon blogue à l’adresse suivante : blogues.journaldemontreal.com/albertmondor. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur commentaire. Au plaisir de vous lire !

 

Cette année, mes azalées ont été dévastées par des vers de couleur verte qui font 1 cm de longueur environ. Ils sont apparus quelques semaines seulement et ont fait un ravage terrible. De quel insecte s’agit-il et, surtout, comment m’en débarrasser à l’avenir ?

– Mme Sabourin

J’ai eu le même problème que vous ce printemps ! Mes azalées, tout comme les vôtres, ont été la proie de petites chenilles. Il s’agit fort probablement de chenilles de l’azalée (Datana major). Lorsqu’elles sont à peine sorties des œufs, ces chenilles sont de petite taille et de couleur verte ou brune. À maturité, elles sont de couleur jaune, rouge et noire, et atteignent une dimension de près de 5 cm. Elles s’attaquent aux jeunes feuilles tendres fraîchement écloses ; elles causent donc leurs dégâts en mai et au début de juin. Surtout, pas de panique, puisque les azalées affectées refont habituellement de nouvelles feuilles qui ne sont pas dévorées par les chenilles qui se sont à ce moment transformées en papillons. Pour éviter que ce problème survienne à nouveau l’an prochain, vous pouvez vaporiser de l’huile de neem (margousier) sur les feuilles de vos azalées avant l’attaque des chenilles, soit vers le début de mai, dès que le jeune feuillage est bien formé.


 

Bonjour Monsieur Albert. Je possède une haie de cèdres que je taille habituellement la dernière semaine de juin ou la première de juillet. Elle a actuellement une hauteur d’environ 7 1/2 pieds et je voudrais la rabattre de 2 pieds. Est-ce possible de faire un tel rabattage sans l’endommager en permanence ? Si oui, quel serait le meilleur moment pour le faire ?

– M. Gaudreault

Malheureusement, le fait de couper la partie supérieure d’une haie de thuyas – communément appelés cèdres – de façon aussi importante est un traitement particulièrement néfaste qui conduit généralement au dépérissement, parfois à la mort, de ces conifères. Je vous encourage donc fortement à ne pas couper la tête des thuyas qui composent votre haie. Si vous taillez des tiges lignifiées – qui ont la texture du bois –, elles mettront beaucoup de temps à cicatriser et ne pourront pas initier de nouveaux bourgeons. Bien que les thuyas soient des arbres qui atteignent environ 15 m de hauteur à maturité, ils peuvent être maintenus dans des proportions acceptables grâce à une fertilisation réduite et à une taille d’entretien régulière, que vous semblez effectuer au bon moment, soit vers la fin juin ou au début juillet. Toutefois, lorsque vous taillez vos thuyas, assurez-vous de ne pas couper plus des deux tiers des nouvelles pousses.

 

Est-ce une bonne idée de se servir de gazon coupé comme paillis pour les plates-bandes et le potager ?

– Mme Filion

Tout à fait ! Le gazon coupé constitue un bon paillis qu’on peut disposer sans problème à la surface du sol des plates-bandes et du potager, à condition toutefois qu’il n’y ait pas de semences bien formées. Comme la plupart des autres paillis organiques, une épaisseur de 5 à 7 cm de rognures de gazon permet de maintenir le sol humide et d’empêcher la croissance d’une partie des herbes indésirables. Cependant, faites attention puisque le gazon fournit beaucoup d’azote en se décomposant. Ainsi, il est préférable de ne pas le placer au pied de végétaux qui ont de la difficulté à fleurir ou à former des fruits.


Je suis à la recherche de plantes vivaces à floraison prolongée. Auriez-vous des suggestions de vivaces qui fleurissent pendant plus de deux mois à me faire ?

– Mme Dumais

Comme la plupart des vivaces de nos plates-bandes ont une floraison relativement courte, il est souvent nécessaire de les associer à des annuelles ou à des plantes bulbeuses à floraison estivale afin de soutenir l’intérêt durant certaines périodes. Toutefois, il existe des plantes vivaces dont la floraison est particulièrement prolongée, comme le coréopsis verticillé ‘Moonbeam’ (Coreopsis verticillata ‘Moonbeam’), le cœur-saignant ‘Luxuriant’ (Dicentra ‘Luxuriant’) et le géranium ROZANNE (Geranium ROZANNE), qui fleurissent tous trois pendant plus de quatre mois !


Les suggestions d’Albert

> Les 7 et 8 juillet prochains, ne manquez pas l’exposition annuelle de la Société de bonsaï et de penjing du Québec. L’Expobonsaï 2012 se tiendra à la Pépinière Bonsaï Gros-Bec, située au 40, rue Imbeault, à Saint-Alphonse-de-Rodriguez. Pour plus d’information et pour vous inscrire, cliquez sur www.bonsaiduquebec.com ou composez le 450-883-1196.

Faites-moi parvenir une description des conférences et des expositions offertes par votre société d’hor­ti­culture. Je ne pourrai pas toutes les mentionner, mais je choisirai celles qui seront susceptibles d’intéresser le plus grand nombre de lecteurs.

Vous pouvez m’envoyer un courriel à l’adresse suivante : amondor@quebecormedia.com

Commentaires