/news/politics
Navigation
Francophonie | Avenir

Première mondiale à Québec

Le Forum mondial sur la langue française commence aujourd’hui

Marie-Mai
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Plus de 1 000 participants de partout sur la planète convergent vers Québec pour une vaste réflexion sur l’avenir de la langue, cette semaine, alors que se tiendra le premier Forum mondial sur la langue française.

Malgré l’ampleur de l’événement, aucun chef d’État ne se déplacera à Québec pour cette première édition du forum, qui ne ressemble en rien aux pompeux Sommets de la Francophonie.

« Ce n’est pas dans un contexte politique ni diplomatique; alors pas de protocole, pas de sécurité, pas de formalité, mais il s’agit surtout de gens qui ont des choses à dire sur l’avenir de la langue, et beaucoup des jeunes », a expliqué le commissaire général de l’événement, Michel Audet.

Les participants, provenant de 110 pays différents, discuteront notamment de la place de la langue française dans les échanges économiques.

« Dans un contexte de mondialisation, la langue française doit prendre plus de place, être beaucoup plus vigoureuse dans les échanges internationaux, et les entreprises ont une grande responsabilité là-dessus », estime M. Audet.

Les thèmes de la langue française dans l’industrie culturelle et numérique, ainsi que la cohabitation linguistique seront aussi abordés.

« La langue française est en train de connaître un boum au Brésil, en Chine, de sorte que la langue a à cohabiter avec d’autres grandes langues dans le monde, et on veut explorer s’il y a des modèles de cohabitation, à la lumière des expériences, qui sont plus porteurs que d’autres. »

Cohabitation possible

Puis, même si qualité de la langue écrite dans les discussions, principalement entre jeunes, est peu reluisante, le commissaire croit qu’il faut quand même se réjouir de la place du français sur le Web.

« Il peut y avoir une cohabitation entre la langue du Web et la langue française dans tous ses autres usages. Sur le Web, il y a des dangers à l’effet qu’on massacre la langue française, mais si c’est pour l’étendre davantage et la rendre plus dynamique, ça vaut le défi », estime M. Audet.

Il se réjouit notamment que de plus en plus de pages indexées sur le Web soient affichées en français.

Du concret

Les réflexions des participants seront transmises aux pays et aux associations membres de l’Organisation internationale de la Francophonie, et ne demeureront pas lettre morte, jure Michel Audet.

« Nous allons rapidement présenter un document synthèse des constats et des propositions qui vont émerger du forum. Ce sera transmis aux participants du prochain Sommet de la Francophonie, qui se tiendra à Kinshasa en octobre », a-t-il précisé.

Forum mondial
de la langue française
Au Centre des congrès de Québec
du 2 au 6 juillet
Une initiative de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF)
1 200 participants
Sur le même sujet
Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.