/opinion
Navigation
Tour de france

Déjà trop fort

Coup d'oeil sur cet article

Qui réussira à freiner les ardeurs de l’impétueux Peter Sagan?

Avec une facilité déconcertante, la recrue a éclipsé de grands champions établis comme Fabian Cancellara et Mark Cavendish. Le Slovaque n’est pas qu’un feu de paille. La question est plutôt de savoir combien d’étapes peut-il gagner à son premier Tour de France? Cinq comme au Tour de Californie en mai? Possible.

Pour cette seconde victoire en trois jours à Boulogne-sur-Mer, chez les Ch’tis, le jeune de 22 ans a littéralement écrasé ses adversaires en s’offrant à la ligne un moment d’exubérance digne d’un joueur de football américain après un touché.

Lorsqu’un cycliste peut prendre une fraction de seconde pour regarder derrière et mimer un pas de danse à la Forrest Gump dans les derniers mètres, sa domination est incontestable et il peut narguer l’opérateur du photo finish à sa guise.

« On s’est demandé quel geste j’allais faire », a révélé Sagan, après la course. Ce dernier ne cherchait pas une manière de remporter une autre étape. Sa principale inquiétude était de faire bonne impression à la caméra lorsque les autres seraient battus.

À faire rêver

Heureusement que les bonifications en temps à l’arrivée ont été abandonnées, sinon le coureur de l’équipe italienne Liquigas se baladerait peut-être avec le maillot jaune sur les épaules. Au sommet de sa gloire trop jeune, pourra-t-il maintenir la cadence pendant dix ans? Le succès monte vite à la tête. Il faut espérer qu’un contrôle positif ne vienne pas gâcher son palmarès déjà impressionnant.

Sagan n’a pas peur des sprints massifs et il peut passer les bosses en puncheur. Ne lui reste qu’à travailler l’effort solitaire pour qu’un directeur sportif rêve de le voir remporter un Tour de France dans les prochaines années.

Ambitieux

Plus polyvalent que Mark Cavendish, on voit mal comment le Britannique de la Sky pourrait ravir un deuxième maillot vert aux points sans un abandon de Sagan avant les Champs-Élysées. Cavendish devra se tourner vers la course en ligne des Jeux olympiques.

Pourtant, le sprinteur de 27 ans détient toujours la plus belle pointe de vitesse au monde. Sans le train HTC, en solitaire, il a battu Greipel qui était aidé de quatre équipiers de Lotto-Belisol. Cavendish peut aisément se passer de son ancien poisson-pilote Mark Renshaw, celui-là même qui donnait des coups de casque.

Un mot sur Michael Morkov, heureux détenteur temporaire du maillot à pois de meilleur grimpeur. Au lendemain d’une longue échappée dimanche, le spécialiste de la piste aurait dû être complètement cramé. Une journée passée devant se paie tôt ou tard. Affamé, le Danois a refait le même coup pendant trois jours de suite. Un appétit vorace. Un Jens Voigt avec 13 ans de moins.

Trop de perdants

Sept fois vainqueur du Tour de France, Lance Armstrong a officiellement été accusé de dopage durant l’essentiel de sa carrière par l’Agence américaine antidopage (USADA). Quelles sont les vraies motivations derrière cet obscur combat qui ne sert plus à rien? L’Américain n’a pas gagné le Tour avec de la vitamine B12 et du Gatorade citron. L’homme est devenu plus grand que son sport. Il faut penser aux 28 millions de survivants du cancer à travers la planète. Il faut réfléchir à l’action, aux dons, aux fonds pour la recherche. Les perdants seront trop nombreux.

 

Commentaires