/news/politics
Navigation
Politique | Québec

Lutte féroce dans Mercier

Le représentant des travailleurs d’Aveos, Jean Poirier, affrontera Amir Khadir

Jean Poirier
Photo d'archives, Jean-François Desgagnés En mars dernier, Jean Poirier avait notamment tenu un point de presse à Québec en compagnie de représentants du Parti québécois pour réclamer l’intervention du gouvernement libéral dans le dossier de la fermeture d’Aveos.

Coup d'oeil sur cet article

Jean Poirier, l’ancien président du syndicat d’Aveos, va affronter Amir Khadir dans son fief du plateau Mont-Royal, a appris le Journal.

Le Parti québécois va en faire l’annonce aujourd’hui, à Montréal, avec une poignée d’autres candidatures. Le parti a contacté le syndicaliste hier et tout s’est réglé dans la journée avec l’imminence du déclenchement de la campagne.

Le PQ a choisi celui qui a incarné la lutte des 1800 travailleurs d’Aveos et dont la verve n’est pas passée inaperçue, entre autres pour son aplomb, son dynamisme et son leadership.

Relève

« Il représente une nouvelle génération de politiciens, c’est la relève politique que nous cultivons », a dit au Journal une source bien informée.

Le représentant des employés d’Air Canada et d’Aveos va mener bataille contre le populaire député de Québec Solidaire qui détient la circonscription montréalaise de Mercier depuis la dernière élection.

Le PQ reconnaît que ce sera un « très bon défi » pour M. Poirier, mais estime tout de même qu’il a des chances de l’emporter.

Vote serré

En 2008, Khadir l’avait emporté par moins de 1 000 voix contre son adversaire péquiste Daniel Turp.

Les apparatchiks du parti avaient déjà M. Poirier dans leur mire lorsqu’il a fait un passage remarqué sur le plateau de Tout le monde en parle en mai dernier.

M. Poirier a aussi eu de nombreux contacts avec les représentants du parti lors de visites à l’Assemblée nationale à la suite de la fermeture subite, en mars, de l’entreprise d’entretien aéronautique Aveos, un important sous-traitant d’Air Canada.

Il avait notamment tenu un point de presse à Québec en compagnie de la chef péquiste Pauline Marois pour réclamer l’intervention du gouvernement libéral dans le dossier.

Attaque contre les Libéraux

M. Poirier n’avait pas mâché ses mots, accusant le gouvernement Charest de jouer « une petite game politique ».

La semaine dernière, M. Poirier implorait encore le ministre de la Justice du Québec de déposer une requête d’injonction afin d’empêcher la mise en vente de l’équipement et des stocks du centre d’entretien de moteurs morceau par morceau.

Il ne reste que quelques candidats du Parti québécois à présenter en vue de la campagne qui sera sans doute déclenchée mercredi matin.

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.