/sports
Navigation
Jeux olympiques

Place aux choses sérieuses

RE_2012_07_16T165926Z_01_DAE1026_RTRMDNP_3_OLY_SCIENCE_ATHL_NEWTON_ADV11
REUTERS Usain Bolt lors des derniers championnats du monde d'athlétisme.

Coup d'oeil sur cet article

LONDRES – Les choses sérieuses commenceront vendredi aux Jeux olympiques de Londres.

 

Alors que les Olympiades sont rendues presque à mi-chemin, les compétitions d’athlétisme commenceront avec l’entrée en scène d’Usain Bolt , la super-vedette jamaïcaine.

Bolt a électrifié le monde entier il y a quatre ans à Pékin en établissant un nouveau record mondial au 100 mètres, en plus de décrocher des médailles d’or au 200 mètres et au relais 4 X 100 mètres.

Il tentera de répéter ses exploits dans ce qui sera certainement un moment marquant des Jeux.

Cela passera d’abord par les qualifications du 100 m qui auront lieu samedi. La finale se déroulera le lendemain dans un Stade olympique qui sera sûrement enflammé.

Avec les performances décevantes du nageur américain Michael Phelps et peu d’événements marquants dans la première semaine, les Jeux de Londres sont prêts pour Bolt et son spectacle qui a captivé tant de téléspectateurs il y a quatre ans.

Le Jamaïcain tentera également de rejoindre Carl Lewis (1984 et 1988) en devenant le deuxième sprinteur à remporter le titre au 100 mètres lors de deux Jeux consécutifs.

Le Canada peu ambitieux

Pour suivre la tendance actuelle, le Canada aura des objectifs très modestes. Seuls deux représentants du pays ont une chance légitime de médaille en athlétisme.

Les deux athlètes en question seront en action vendredi. Le lanceur de poids Dylan Armstrong voudra mettre la main sur la médaille qui lui a échappé il y a quatre ans, tandis que Jessica Zelinka tentera d’améliorer son sixième rang mondial à l’heptathlon.

Le Canada a envoyé sa plus forte délégation en athlétisme depuis 1988, mais 37 des 45 olympiens en seront à une première expérience.

Les espoirs de médailles auraient sans doute été plus élevés si les spécialistes du 100 mètres haies Perdita Felicien et Priscilla Lopes-Schliep n’avaient pas raté leur coup lors des essais canadiens à Calgary, en juin dernier.

Cela dit, l’entraîneur-chef d’Athlétisme Canada Alex Gardiner croit que son équipe, qui a remporté une seule médaille lors des deux dernières Olympiades, va dans la bonne direction.

«Je ne crois pas que nous ayons été en meilleure position depuis les Jeux de 1988, a déclaré Gardiner jeudi. En tant qu’équipe, nous sommes prêts à compétitionner.»

 

Commentaires