/news/currentevents
Navigation
Expulsion | Beauceville

Difficultés financières en cause

Les employés de l’établissement ne pouvaient plus être rémunérés

Coup d'oeil sur cet article

La propriétaire de la Villa de Léry, à Beauceville, fermée à moins de 24 heures d’avis plus tôt cette semaine, explique que la décision de Revenu Québec de fermer brusquement le compte de banque a causé la perte de son entreprise.

Le gouvernement a en effet décidé de geler le compte de l’entreprise de Karine Gagné, en difficultés  financières depuis quelques années, ce qui fait en sorte que les employés ne pouvaient pas être rémunérés, a précisé la femme.

Depuis quelques années, l’entreprise avait de la difficulté à joindre les deux bouts. La semaine dernière, les chèques devaient passer dans le compte de la compagnie, mais le compte avait été saisi par Revenu Québec. Aucune transaction ne pouvait donc être effectuée avec ce compte.

Malgré le fait que les employés de Revenu Québec avaient envoyé un avis à Mme Gagné le 15 juillet, cette dernière ne pensait jamais que le compte allait être fermé aussi brusquement, a-t-elle expliqué en entrevue.

Faux espoir

De plus, la femme avait bon espoir, car un acheteur potentiel s’était manifesté.

« Je prends une partie du blâme. J’ai peut-être voulu persévérer un peu trop longtemps. Je me sens coupable, a dit la femme au Journal. Ce n’est pas comme ça que je voulais que cette histoire se termine », a dit Karine Gagné. Cette dernière croyait mordicus être en mesure de s’en sortir, considérant qu’un acheteur potentiel avait manifesté son intérêt. C’est pour cette raison qu’elle n’avait pas demandé d’aide.

« Ce n’est pas d’hier que la compagnie est en difficultés financières. Ça fait longtemps que l’entreprise est à vendre. Considérant que nous avions un acheteur potentiel, l’institution financière nous a dit de continuer, car si on trouvait un acheteur, elle pourrait prêter de l’argent à ce dernier. »

Sortie trop hâtive

« Nous n’avons même pas eu 24 heures pour sortir 21 personnes. Si le gouvernement nous avait donné trois semaines, nous aurions pu déménager les personnes âgées sans problème et payer nos employés avec le revenu de nos résidents. Jamais nous n’aurions procédé de cette façon avec une clientèle si fragile », a expliqué son conjoint, Marco Poulin, venu l’épauler dans cette saga.

Certaines personnes ont souligné que Mme Gagné se cachait dans la journée de jeudi. Toutefois, cette dernière a expliqué qu’elle ne voulait pas se présenter sur les lieux considérant que les familles étaient sur place et ces dernières ne connaissaient pas le contexte. « Le vendredi, j’étais ébranlée, c’est pour ça que je n’ai pas parlé aux différents représentants des médias. Par contre, je tenais à vous rencontrer pour mettre les cartes sur table, même si je suis consciente que je me ferai juger par bien des gens. »

Le maire intervient

Avant de connaître la version des faits de la propriétaire de la résidence, le maire de Beauceville, Luc Provençal a déclaré que la situation était complèment absurde dû au fait que les résidants n’ont pas eu l’occasion de prévoir le coup.

Ce dernier comprenait que les personnes âgées étaient pris de panique. « Si je me mets à leur place, j’aurais été aussi été stressé. Tu crois être dans un environnement sécuritaire et tu es convaincu que quelqu’un te prendra en charge et c’est le contraire qui s’est produit, a-t-il laissé tomber.

Le maire effectuera un suivi avec le CLSC pour s’assurer que les gens sont bien installés et qu’ils reçoivent le support psychologique nécessaire.

Commentaires