/sports/huntfish
Navigation

Étudier l'espèce et son territoire

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs pêcheurs se demandent souvent comment il se fait que certains d’entre eux connaissent toujours du succès, peu importe les conditions. La réponse se trouve dans ce qu’on pourrait appeler l’éducation que le pêcheur doit faire sur les sites de pêche et les espèces.

Propriétaire de la pourvoirie du lac Saint-Pierre et le seul à offrir une académie de la pêche, Alec Delage croit que les gens ne sont pas assez renseignés sur les espèces qu’ils pêchent et leurs habitudes.

« Je me rends compte de cela depuis plusieurs années, parce que les pêcheurs qui connaissent le plus de succès sont ceux qui ont étudié les espèces qu’ils pêchent, leurs habitudes, leurs habitats et aussi les meilleures techniques à utiliser selon les conditions de pêche, explique le pourvoyeur. Prenez par exemple le fleuve Saint-Laurent où nous sommes installés. Bien des gens ne réalisent pas qu’ils peuvent y vivre des aventures de pêche exceptionnelles, avec des espèces comme le doré, le brochet et l’achigan qui abondent. Présentement, plusieurs personnes croient à tort qu’on ne peut pas capturer du poisson parce qu’il fait trop chaud. Eh bien, je leur réponds que nous vivons exactement le contraire. En pleine canicule, nous faisons des pêches exceptionnelles en capturant beaucoup de poissons. Avec les eaux basses, les poissons n’ont pas le choix de sortir de leur zone de confort pour aller chasser et se nourrir. Au lieu de compliquer la pêche, la situation fait en sorte que c’est plus facile. »

Démystifier le fleuve

Pour ce mordu du fleuve, il y a deux mises au point qui s’imposent : les espèces disponibles et les poissons sont comestibles.

« Contrairement à ce que bien des gens croient, le poisson du fleuve est comestible. Il y a une réglementation très sévère sur le sujet et comme les pêcheurs commerciaux récoltent le poisson qu’ils vendent sur le marché dans les mêmes eaux que nous, je ne verrais pas pourquoi nos poissons ne seraient pas mangeables. »

Pour lui, les gens ratent une belle occasion de découvrir d’autres espèces très combatives.

« De nombreux amateurs de pêche se rendent en pourvoirie pour pêcher la truite mouchetée et c’est très bien. Ils devraient toutefois essayer autre chose comme la pêche sur le fleuve, via des services de pourvoiries comme ceux que plusieurs offrent dans le coin du lac Saint-Pierre. Personnellement, nous nous sommes fixé des buts précis, comme celui de faire prendre du poisson, c’est certain, mais aussi de faire découvrir des techniques de pêche, des façons d’analyser un plan d’eau pour avoir du succès, des éléments éducatifs qui sont très importants pour nous. »

École gratuite

Si vous réservez un forfait à la pourvoirie présentement, vous aurez droit à un petit cours de pêche.

« Présentement, si des gens viennent réserver un chalet sur la pourvoirie, nous leur offrons gratuitement une période de formation de deux à trois heures pour les aider à avoir du succès. Les pêcheurs doivent développer un petit côté chasseur lorsqu’ils sont sur un plan d’eau. En étudiant les lieux, les conditions de vent et de soleil, ils pourront avoir une réponse pour savoir où aller pêcher pour connaître du succès, au moment précis où ils sont sur place. »

Chose certaine, une aventure de pêche à cette pourvoirie vous permettra de découvrir le secteur du lac Saint-Pierre d’une part, sa pêche et ses espèces, mais d’autre part, un groupe de passionnés qui ne vivent que par le fleuve Saint-Laurent. Vous pourrez y pêcher jusqu’au 31 octobre. Vous pouvez les joindre en tout temps au 450 836- 7506. La pourvoirie compte huit chalets, dont cinq sont uniquement accessibles en bateau.

Commentaires