/sports
Navigation
Londres 2012

Bolt au sommet

AFP_ARP3275077
Photo OLIVIER MORIN / AFP PHOTO Usain Bolt de nouveau célébré, jeudi, cette fois au 200 m.

Coup d'oeil sur cet article

LONDRES – En regardant le spectacle donné par Usain Bolt, en direct dans tout son éclat, sa vitesse et sa couleur, on ne sait pas quoi aimer le plus.

Est-ce sa spectaculaire accélération, qui surpasse tout ce qui a été fait depuis que l’homme s’est mis à courir sur une piste?

Est-ce le doigt placé délicatement sur sa bouche lorsqu’il a franchi le fil d’arrivée lors de la finale du 200 mètres, pour faire taire son compatriote Yohan Blake et confirmer son statut d’homme le plus rapide du monde?

Ou était-ce lorsqu’il a embrassé la ligne d’arrivée du couloir 7, là où il a réalisé un temps de 19,32 secondes pour remporter sa cinquième médaille d’or olympique en autant de tentatives.

C’est tout ça. L’homme le plus rapide du monde a peut-être aussi l’un des plus grands sens du spectacle sur la planète.

Bolt l’a encore une fois prouvé jeudi soir, en enflammant à chacune de ses enjambées les 80 303 spectateurs présents au Stade olympique de Londres.

Sa plaisanterie à l’endroit de son compatriote et compagnon d’entraînement lui a peut-être coûté un record du monde ou une marque olympique, mais ce n’est pas le genre de Bolt de s’en faire avec ça.

Il est profondément Jamaïcain et comme ses compatriotes de cette charmante île des Caraïbes, il aime s’amuser sans arrière-pensée.

C’est ce qui permet de sourire après avoir entendu cette histoire selon laquelle il aurait passé ces journées de repos en compagne de joueuses de handball suédoises, que ce soit vrai ou non.

Ou lorsqu’il a déclaré avoir mangé un repas chez McDonald’s avant sa victoire au 100 mètres.

Les rondes préliminaires sont des jeux pour Bolt, qui se donne à fond en début de parcours, avant de ralentir et de laisser les spectateurs sur leur faim.

Et c’est pour ça qu’il est tant aimé malgré ses facéties.

Mission accomplie

«C’est ce que je voulais et je l’ai eu, a déclaré l’athlète de 25 ans après sa course, enveloppé d’un drapeau de la Jamaïque. Je suis très fier de moi. J’ai connu une saison difficile, mais je suis venu ici et j’ai fait ce que j’avais à faire.»

Les Jamaïcains avaient encore une autre raison de célébrer, puisque Warren Weir a terminé en troisième place, derrière Yohan Blake.

En gagnant, Bolt a écrit l’histoire de l’athlétisme, devenant le premier homme à réussir le doublé 100 et 200 mètres lors de deux Jeux consécutifs. En fin de semaine, il tentera d’ajouter un troisième titre au 4x100 mètres avec la puissante équipe jamaïcaine.

«Ces gars-là sont sur une autre planète présentement, a affirmé le sprinteur américain Wallace Spearmon, qui a terminé au quatrième rang.

Avec son départ ultra-rapide et ses puissantes foulées dans la courbe, Bolt semblait certainement en mesure de battre son propre record du monde de 19,19 secondes.

La piste était rapide et l’air plus chaud qu’à l’habitude. Une heure plus tôt, le Kényan David Rudisha avait surpris tout le monde en établissant une nouvelle marque au 800 mètres.

«Je pensais qu’un record du monde était possible lorsque je suis sorti de la courbe, mais je crois que je n’étais pas assez en forme, a déclaré Bolt. J’étais rapide, mais pas suffisamment. Je pouvais sentir la tension dans mon dos. Je tentais de maintenir le rythme, mais j’ai ralenti parce que je savais que je n’allais pas battre le record du monde.

«Je n’ai pas eu de record du monde, mais je suis heureux.»

Il a rendu beaucoup de gens heureux également. L’homme le plus rapide du monde y arrive toujours.

 

Commentaires