/entertainment
Navigation
Espace félix-leclerc | événement bénéfice

Un moment enchanteur

Coup d'oeil sur cet article

Il s’est passé quelque chose d’enchanteur, hier soir, à l’île d’Orléans, où, dans l’intimité d’une boîte à chansons, Michel Rivard a créé un Maudit (beau) bonheur dans un espace tout simplement magique!

Presque 25 ans après son départ, Félix a eu droit à un vibrant coup de chapeau sur son île, à l’endroit même où sa fille Nathalie perpétue sa mémoire grâce à l’Espace Félix-Leclerc. Dans une véritable atmosphère chaleureuse d’une boîte à chansons, on y fait honneur à nos chanteurs francophones. Curieusement, c’est la première fois que Michel Rivard y chantait. Il était touché. Très touché en raison de sa relation « presque père-fils » qu’il avait entretenue avec Félix.

Le nom de son idole de toujours évoque chez lui des souvenirs particuliers. « J’ai grandi en écoutant à la maison les 78-tours de Félix. Mon premier 33-tours, c’était celui de Félix, celui où il tient une brindille entre les dents ». Rivard était alors loin de se douter qu’une de ses premières chansons – La complainte du phoque en Alaska - serait reprise plus tard par Félix Leclerc!

Un album tué dans l’œuf

Il nous racontera aussi avoir eu plusieurs rencontres avec Félix, lors de l’ébauche d’un projet d’album devant réunir les voix de Félix et de Beau Dommage dans un bouquet de leurs chansons respectives. Mais le projet n’a pu être mené à terme, suite au démembrement de Beau Dommage.

Sur la scène de l’Espace Félix-Leclerc, Michel Rivard ouvrira le spectacle qu’il promène présentement au Québec avec deux chansons de Félix, Bozo et Ce matin-là. Le public savoure ce moment dans un silence religieux, qui sera suivi de chauds applaudissements. Ensuite les deux complices du Flying Band le rejoindront pour un tour d’horizon de ses succès, pleinement apprécié.

En ouverture de soirée, Nathalie Leclerc remerciera les gens présents à la soirée-bénéfice « de me permettre de continuer de perpétuer l’œuvre et la mémoire de l’homme que fut mon père ».

Chanter en français

À son tour, le principal mécène de la fondation Félix- Leclerc, Pierre Karl Péladeau, soulignera la contribution de Félix Leclerc «à l’édification de notre pays, le Québec». Le président de Québecor rendra aussi hommage à Michel Rivard « qui a fait le choix de chanter en français » en le remerciant de « faire vivre notre belle langue ».

Par ailleurs, Michel Rivard nous apprenait qu’il se consacrait dorénavant uniquement à sa carrière de chanteur, délaissant les « activités parascolaires », comme il dit, pour privilégier les spectacles en solo et l’écriture d’un nouvel album, sans s’imposer d’échéancier.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.