/opinion
Navigation
Chronique

Le gros Barrette

Bloc_Eric_Duhaime

Coup d'oeil sur cet article

La cheffe péquiste, Pauline Marois, s’est déshonorée ce week-end en s’attaquant à l’embonpoint du candidat caquiste dans Terrebonne, Gaétan Barrette. Évidemment, madame Marois n’a pas traité directement le Doc Barrette de gros. Elle y est allée plus sournoisement.

Elle tenait une conférence de presse à Terrebonne pour présenter sa promesse de crédit d’impôt remboursable sur les activités sportives des jeunes. Et là, subtile comme un 2 X 4, Madame Marois lance, avec un sourire fendu jusqu’aux oreilles, « qu’un ministre de la santé a un devoir d’être exemplaire » en matière de saines habitudes de vie.

Il n’en fallait pas plus pour que le Dr Barrette sorte de ses gonds et accuse la cheffe péquiste de faire « dans l’insignifiance de l’école primaire ».

Des excuses

Madame Marois a beau aujourd’hui rappeler qu’elle n’a pas nommé directement le candidat caquiste ni parlé de son poids, faut pas nous prendre pour des valises.

Pour avoir scénarisé quelques campagnes électorales dans ma vie, je sais parfaitement bien que rien n’est laissé au hasard dans ce genre d’événement.

Les stratèges péquistes ont délibérément amené leur candidat de Saint-François en Estrie et potentiel ministre de la santé, Réjean Hébert, à Terrebonne dans Lanaudière parce qu’il a la double qualité d’être un médecin et d’avoir un poids santé. Ils ont vu une opportunité de s’en prendre indirectement, par le non-dit, à la corpulence de leur adversaire en parlant de saines habitudes de vie et d’activités physiques.

Bref, tenter de faire comprendre à notre subconscient que celui que François Legault choisirait comme ministre de la Santé est un gars pas en santé.

Le problème : l’opération est trop cousue de fil blanc.

Le pli de graisse déborde un peu trop.

Résultat : après une mauvaise première semaine de campagne, Pauline Marois se retrouve avec une mauvaise fin de semaine.

La seule sortie honorable pour elle serait aujourd’hui d’avoir l’honnêteté de nous dire qu’il s’agissait d’une attaque « gros-tesque » et de s’excuser pour enfin passer à autre chose.

Bourrelet de Denis, moustache de Manon

Le docteur Barrette pourrait aussi profiter de cette bourde péquiste pour nous dire s’il entend s’adonner à de plus saines habitudes de vie. Un peu comme Denis Coderre qui avait promis, dès sa nomination comme ministre du Sport amateur, de se mettre au régime.

En bon libéral, monsieur Coderre n’a pas tenu sa promesse, mais on dit que c’est l’intention qui compte...

Un peu aussi comme la candidate de Québec solidaire dans Sainte-Marie−Saint-Jacques, Manon Massé, qui a brisé le silence au sujet de sa moustache dans une entrevue-choc avec Urbania, il y a quelques jours.

« C’est une sorte de statement en effet. Ça dit que je suis fière de qui je suis et que l’important n’est pas dans l’apparence, mais dans les idées que j’ai à proposer. » La fille à moustache s’assume.

Chapeau!

Il n’y a donc plus aucune gène à y avoir au sujet de l’apparence physique des candidats durant l’actuelle campagne. Bon, maintenant que tout le monde est bien dans sa peau, peut-on commencer à débattre de réduction de la taille de l’État plutôt que celle de Gaétan?

Commentaires