/news/politics
Navigation
Médecin de famille pour tous

Barrette s’attend à des «résistances minimales»

Coup d'oeil sur cet article

Malgré le scepticisme de ses adversaires politiques et les critiques des médecins omnipraticiens, le Dr Gaétan Barrette a réitéré, lundi, sa promesse d’offrir un médecin de famille pour tous les Québécois d’ici un an.

Au lendemain d’un premier débat des chefs marqué par des échanges musclés sur la santé, le candidat caquiste a même soutenu que la collaboration des médecins, à qui il demande de fournir un effort supplémentaire, sera au rendez-vous si la Coalition avenir Québec forme le prochain gouvernement.

«Le milieu médical sait qu’on est rendus là. Le milieu médical est prêt. C’est incontournable. Je m’attends à des résistances minimales», a-t-il déclaré lors d’un point de presse dans le secteur Le Gardeur à Repentigny.

Ratio patients / médecin

Le Dr Barrette prône des plages horaires étendues aux soirs et aux week-ends ainsi qu'une augmentation du volume d’activité des médecins qui devront minimalement prendre en charge 1 000 patients chacun. Ceux qui travaillent exclusivement en clinique pourraient aller jusqu’à 1 500 ou 1 600 patients.

«J’ai eu déjà bien des conversations à cet effet-là et je n’aurais pas fait le saut en politique si je n’avais pas eu une certaine assurance qu’il allait y avoir une certaine collaboration du milieu médical.»

La «pensée magique»?

M. Barrette balaie les critiques du PQ et du PLQ qui associent ses promesses à de la «pensée magique». D’ici un an, a-t-il réaffirmé, c’est «absolument possible d’y arriver». Les «vieux partis» qui prétendent le contraire véhiculent des mensonges, a-t-il tonné, dénonçant leur «passivité». La seule résistance pourrait venir des syndicats qui craignent de perdre des cotisations, a observé François Legault.

Il y a assez de médecins au Québec, a par ailleurs martelé le Dr Barrette, promettant de s’attaquer au véritable problème de «distribution géographique des médecins». La CAQ entend «serrer la vis» à la sortie des facultés. Pas question, toutefois, de déraciner les médecins de leur milieu, a-t-il assuré.

Commentaires