/news/politics
Navigation
Face à face Charest - Marois

Une «bataille de chats de ruelle»

Coup d'oeil sur cet article

À l’approche du premier duel impliquant François Legault, les candidats caquistes Jacques Duchesneau et Gérard Deltell invitent leurs adversaires à élever le débat, déplorant la «bataille de chats de ruelle» d’hier soir, à TVA.

Gérard Detell n’a pas mâché ses mots, ce matin, vilipendant Jean Charest et Pauline Marois pour la «foire d’empoigne» et la «surenchère verbale» à laquelle les Québécois ont pu assister la veille. Selon lui, le premier face à face n’a pas fait de vainqueur. La population du Québec a été «le grand perdant». Pire, les Québécois ont «perdu leur temps», a-t-il dit.

«Nous souhaitons qu’il n’y ait pas de crêpage de chignons, nous souhaitons que le débat soit franc, que l’on puisse exposer nos idées et nous en appelons à nos adversaires pour que ce soir et demain on puisse assister à un vrai débat et surtout pas à une bataille de chats de ruelle comme on a vu hier», a-t-il laissé tomber.

«Espérons que le débat va être élevé. Si on se contente de parler de faits et de solutions réalistes, vous allez voir un François Legault qui va surprendre non seulement les journalistes mais la population», a renchéri l’ancien patron de l’Unité anticollusion Jacques Duchesneau, louangeant son chef, un homme «intègre avec un «i» majuscule souligné trois fois».

Le lieu du point de presse, l’Îlot voyageur à Montréal, n’était pas innocent et a permis à Gérard Deltell de décocher quelques flèches aux libéraux, en prélude au duel Jean Charest-François Legault qui aura lieu ce soir. Il a rappelé l’origine du fiasco de l’Îlot voyageur, «signature de la mauvaise gestion libérale». François Legault, alors au PQ, «avait sonné l’alarme» et s’y était opposé, craignant une «dérive financière épouvantable». Le ministre de l’Éducation Jean-Marc Fournier avait «fermé les yeux», s’est-il insurgé.

François Legault brillait par son absence, ce matin, lors du point de presse. Il n’a prévu aucune activité de campagne, aujourd’hui, afin de se préparer adéquatement pour son affrontement contre le chef libéral. Les débats sont souvent des «moments charnières» dans une campagne, a souligné M. Deltell, qui fait campagne aujourd’hui à Montréal, Kirkland et Sorel-Tracy avec Jacques Duchesneau, Sylvie Roy et Maud Cohen.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.