/news/politics
Navigation
Région de Québec

Le PQ promet investir dans l’économie sociale

Coup d'oeil sur cet article

Les candidats du Parti Québécois de la région de Québec se sont engagés à investir massivement dans les services communautaires.

Un investissement essentiel, souligne la candidate de Tashereau Agnès Maltais, afin de «faire atterrir» les investissements nationaux du parti. La candidate juge nécessaire de rendre plus efficace les interventions du milieu communautaire qui aurait un rôle de premier plan à jouer auprès des citoyens pour servir les engagements du PQ.

Mme Maltais cite entre autre en exemple la lutte au décrochage scolaire, le soutien à domicile, les soins aux ainés et l’aide à la jeunesse parmi les enjeux reliés à ces engagements du parti. Des engagements et des investissements qui pourront mieux servir les citoyens, à son avis, avec une meilleure concertation régionale des groupes communautaires.

En point de presse, mercredi matin, le PQ a d’ailleurs dévoilé un engagement électoral visant à tenir, durant l’automne, un «sommet régional pour développement un modèle d’engagement et de solidarité communautaire».

Les candidats Agnès Maltais, Marc Dean, Rosette Côté et Pierre Châteauvert ont rencontré préalablement les représentants du Regroupement des organismes communautaires de la région afin de fixer les besoins des intervenants en économie sociale.

« L’accessibilité aux Centres de la petite enfance, ainsi qu’aux groupes de médecine de famille seront au cœurs de nos engagements, mais pour atteindre ces objectifs, nous devons également créer un réseau de soutien efficace d’aide à domicile pour les personnes âgées et les personnes vulnérables afin de désengorger les urgences», a pour sa part indiqué la candidate de Louis-Hébert, Rosette Côté.

Aéroport de Neuville

Le PQ a également réitéré ses critiques envers le gouvernement provincial et fédéral dans le dossier de la construction de l’aéroport de Neuville. « Ce qu’il faut voir, dès notre arrivée au pouvoir (...) c’est fouiller le dossier pour voir où il y a une prise. Jusqu’ici le gouvernement a refusé de fouiller le dossier. Il semble y avoir encore des prises, mais qu’on ne pourrait connaitre uniquement quand on va être au pouvoir», a expliqué Agnès Maltais.

«Le député de la place (Michel Matte PLQ), quelque soit ses bonnes intentions ou sa bonne foi, n’a eu aucun poids face au gouvernement», a poursuivi Mme Maltais qui juge que les opposants à la construction de l’aéroport peuvent encore entretenir de l’espoir.

Commentaires