/entertainment/shows
Navigation
Madonna à québec

Accros à la Madone

Des admirateurs québécois partagent leur amour pour la chanteuse

robinson
Photo Simon Clark Billy Robinson ­exploite un site de fans consacré à Madonna depuis 15 ans, le premier du genre en français.

Coup d'oeil sur cet article

Aux quatre coins du Québec, des fans craquent littéralement pour Madonna; le plus fervent est sans doute Billy Robinson, qui exploite  un site Internet consacré à la chanteuse, et qui possède une incroyable collection de 500 albums de son idole dénichés partout sur la ­planète!

«J’ai plusieurs éditions japonaises, thaïlandaises et allemandes...», lance avec enthousiasme ce véritable mordu qui partage sa passion sur Internet à travers son site La madonnathèque. En plus de fournir toutes les informations et nouvelles sur Madonna, le site se veut un forum pour tous les fans, qui partagent ce même attachement pour la chanteuse.

De fait, ça fait 15 ans que Billy Robinson exploite ce site, le premier du genre francophone. «À cette époque, explique-t-il, l’information disponible sur Internet était presque uniquement en anglais, je souhaitais pallier ce manque.»

Au fil des ans, Billy Robinson a vu son idole quatre fois sur scène, ne ratant aucun des rendez-vous à Montréal. Cette semaine, pour rien au monde, cet employé du cégep de Sainte-Foy n’aurait voulu manquer son double passage, d’abord au Centre Bell, puis sur les plaines d’Abra­ham.

«On y va en gang»

«Pour le show de samedi, on y va en gang. D’ailleurs, en fin de semaine dernière, on s’est déjà offert un pré-party au cours d’une soirée en plein air au cours de laquelle on avait même projeté un de ses concerts sur un mur de la maison...»

Pourquoi Madonna? «J’aime son côté rebelle et provocateur; c’est une passionnée de la vie. Elle dit ce qu’elle a à dire; en dépit de ses frasques, elle n’a pas peur de dénoncer les inégalités...»

Inspiration

Même enthousiasme débordant de la part de Marie-Josée Beaulieu, de Montréal, qui trouve en Madonna «une source d’inspiration dans mon quotidien». Depuis 25 ans, elle voue un culte à la Madone, qu’elle a vue en spectacle au Stade olympique, à Toronto, «et à Hartford, parce qu’il ne restait plus de billets à Montréal...». Graphiste de profession, Marie-Josée Beaulieu, qui possède une centaine de vinyles de la chan­teuse, s’inspire dans ses conceptions «de la musique et des looks de celle qui n’a pas peur d’oser».

Réconfort

De son côté, Jean-François Portelance relèvera le grand réconfort que Madonna lui a indirectement apporté lorsqu’il a fait son coming out à l’époque où il fréquentait le secondaire. «Révéler son homosexualité à cet âge-là, c’est pas facile. J’ai traversé une période difficile, et je vous dirai que la musique, mais surtout les textes profonds de Madonna m’ont aidé à traverser cette crise.» Le photographe apprécie particulièrement chez Madonna son ouverture d’esprit. «Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds; à cet égard, pour moi, c’est un modèle à suivre», termine le jeune, qui se laisse transporter par sa poésie « et, bien sûr, par sa musique qui me procure un vrai défoulement ».

Commentaires