/news/health
Navigation
Légionellose

Une dixième victime

Coup d'oeil sur cet article

La légionellose a fait une 10e victime, un homme de 54 ans demeurant dans le quartier Saint-Sauveur.

 

Hospitalisé depuis le 20 août, l’individu était intubé et sous respirateur artificiel depuis un bon moment. Sa famille a décidé d’abréger ses souffrances.

La victime, Guy Morin, a été admis à l’hôpital, car il faisait énormément de fièvre et n’avait presque plus de force, selon sa sœur Colette Morin.

« J’étais sensée fêter mon fils le 22, mais comme l’état de santé de mon frère s’aggravait, je suis montée de Rimouski pour venir auprès de lui, à Québec. »

Cette dernière ne blâme pas la Santé publique pour l’instant, mais soutient que ce décès aurait pu être évité.

« Trouver un coupable ne ramènera pas mon frère. Par contre, les autorités médicales ne cessent de nous dire que nous devons attendre quelques jours avant de se présenter à l’urgence lorsque nous faisons de la fièvre, ce que mon frère a fait. Si la Direction de la santé publique avait réagi plus tôt, il serait peut-être encore parmi nous aujourd’hui. »

René Bilodeau, un proche de la victime, a constaté que M. Morin était très faible depuis un moment. Selon lui, la Santé publique devrait être davantage aux aguets et agir plus rapidement.

Pas d’inquiétude

Même s’il y a de plus en plus de gens atteints de la maladie du légionnaire, les résidants du quartier Saint-Sauveur ne sont pas inquiets outre mesure.

« Ça ne m’empêchera pas de sortir pour autant. Des microbes, il y en a partout », a affirmé Ginette Letarte, une résidante du secteur.

Même son de cloche pour un autre jeune résidant, qui soutient que la légionellose touche surtout les personnes âgées, qui sont plus vulnérables. Ce dernier souligne toutefois que le gouvernement aurait pu agir plus vite.

À l’étude

Dans l’optique de mieux cerner les facteurs de risque et l’origine de cette éclosion, la Direction régionale de santé publique (DRSP) multiplie les méthodes d’enquête. En ce sens, une étude de type cas témoins est déployée depuis hier. Elle consiste à établir les endroits fréquentés par des personnes ayant été atteintes de la légionellose.

Par la suite, ces données seront comparées avec des individus ayant sensiblement les mêmes caractéristiques et qui n’ont pas été touchées par l’éclosion de légionellose.

En date du 1er septembre, la DRSP comptait 165 cas déclarés et 10 décès.

 

Commentaires