/news/provincial
Navigation
Bordeaux fête le vin à Québec

20 000 bouteilles plus tard

Des milliers d’amateurs de vin ont été servis ces derniers jours à l’Espace 400e

Coup d'oeil sur cet article

Les papilles gustatives de plusieurs milliers d’amateurs de vin ont été servies à l’Espace 400e avec près de 20 000 bouteilles et quelque 70 vignerons dans le cadre de la première édition de Bordeaux fête le vin à Québec, qui se termine dimanche soir.

Le porte-parole de l’événement et réputé chroniqueur Philippe Lapeyrie a qualifié ces quatre jours comme les plus beaux qu’il a vécus depuis belle lurette. « J’ai eu la chance de côtoyer des vignerons de renommée mondiale, sans oublier le public qui a été vraiment chaleureux. »

Un top 3

Le Journal a demandé à l’expert sommelier de dresser une liste de ses vins préférés. Pour lui, la personne en arrière de la bouteille est presque aussi importante que la boisson à l’intérieur.

« Le côté sympathique de la personne qui fait du vin avec son cœur, avec ses tripes, va me charmer. J’ai vécu un beau moment de dégustation avec Brigitte, du château Guibeau.

« Également, le château La Fleur Anne et le château liquoreux Mira ne sont que quelques exemples qui prouvent que Bordeaux peut offrir d’excellents vins pour moins de 20 $.

Moins cher aux États-Unis

Les gens qui ont eu la chance d’aller chez nos voisins du Sud ont pu constater que le vin était beaucoup moins cher aux États-Unis comparativement à ceux du Québec. Cela s’explique par les nombreuses taxes dans la Belle Province, selon l’amateur de vin.

« C’est vrai, ça coûte moins cher aux États-Unis, mais le choix est beaucoup moins vaste. Au Québec, nous avons 11 000 produits alcoolisés parmi les 414 SAQ de la province. »

Autrefois associé à une clientèle aisée, le vin s’est popularisé auprès des Québécois de toutes classes socioéconomiques, entre autres parce que de plus en plus de jeunes sommeliers font découvrir les vins de façon simple.

Popularité grandissante

« Les gens ont compris que nous pouvons avoir une bonne bouteille entre 9 $ et 12 $, affirme M. Lapeyrie. Le Québécois moyen ne boit plus simplement pour boire, mais pour apprendre également », dit-il.

Le Montréalais Daniel Blais, qui a déménagé en France en 1996, a transformé en métier sa passion pour les vins en ouvrant un vignoble de six hectares, à Sadiillac. Il s’est dit très surpris de constater l’éventail de connaissances des Québécois en matières de vins.

« J’ai rencontré des gens qui en savaient beaucoup plus sur le vin que moi lorsque j’ai quitté le Canada en 1996. Il y a une importante évolution et le Québec a la chance d’avoir d’excellents sommeliers. »

Sans confirmer qu’il y aurait une deuxième édition, Philippe Lapeyrie laisse la porte ouverte.

 

Commentaires