/lifestyle/books
Navigation
L’inédit - Marie Cardinal

Journal d'une femme secrète

Coup d'oeil sur cet article

L'inédit, fruit du travail sur les carnets intimes de l’écrivaine Marie Cardinal par ses filles Alice et Bénédicte Ronfard et par l’éditrice Annika Parance, fait la lumière sur l’écriture envoûtante et la vie de cette extraordinaire écrivaine.

Née à Alger en 1928, Marie Cardinal a connu un succès international avec La clé dans la porte puis avec Les mots pour le dire, vendu à plus de trois millions d’exemplaires et traduit dans une vingtaine de langues. Elle a passé une partie de son temps entre le Québec et la France, où elle est décédée en 2001.

En 2009, ses filles Alice et Bénédicte et l’éditrice Annika Parance ont entrepris des recherches dans onze carnets intimes de Marie Cardinal. Elles y ont trouvé, comme l’explique Annika Parance dans l’introduction, un journal intime, des réflexions personnelles, des souvenirs. « De cette matière qui semblait désordonnée et fragmentaire, et grâce à l’affranchissement créateur de ses filles, une oeuvre s’est révélée, qu’il s’agissait d’identifier et de reconstituer », écrit-elle. La maison Grasset vient d’ailleurs de faire l’achat des droits de cette oeuvre pour publication en France. La sortie est prévue en janvier 2013.

Une inconnue

Quand elles sont retournées dans ses carnets, plusieurs années après le décès de Marie Cardinal, ses filles ont été touchées par son écriture. « Tout le monde croit que parce que c’était notre mère, on la connaissait particulièrement bien comme écrivain mais c’était pas nécessairement le cas », commente sa fille Bénédicte Ronfard en entrevue téléphonique. « D’abord, Moussia – c’est comme ça qu’on l’appelait – nous lisait beaucoup ce qu’elle écrivait. Donc on ne lisait pas forcément ses livres, Alice et moi. Personnellement, par moment, je n’en revenais pas de ce que j’étais en train de lire. J’appelais Alice : est-ce que t’as lu ça? C’est hallucinant tellement c’est beau... Quel écrivain, cette femme! Il y a vraiment eu une espèce de découverte de l’auteur, d’une part. »

« Évidemment il y a tout le côté plus humain, qu’on connaissait parce qu’on le vivait, qui était l’être torturé qu’elle pouvait être, dépressif, et puis tout son rapport à l’écriture. Sa certitude qu’elle était nulle. Elle disait, moi, je ne suis pas un écrivain, je suis une conteuse », ajoute-t-elle.

« Je pense que le désir a été, dans l’objet qu’on a fini par créer, de reproduire l’effet que nous avaient faits les carnets en eux-mêmes. Ce mélange de l’être humain, de l’écrivain, de tout ça en même temps. Comment faire pour arriver à un objet qui donne le sentiment qu’on a eu, nous, en découvrant les carnets. »

L’auteure avant la mère

Comment était Marie Cardinal, comme mère? « Elle était une écrivaine. Le roman l’exprime pas mal, C’était un être humain qui, dans la vie de tous les jours, ne vivait pas toujours facilement. Donc nous, on a vécu avec ça, beaucoup. Quand elle écrivait, ça allait bien. Elle était en pleine forme, elle pétait le feu. C’est quand elle n’écrivait pas que c’était difficile. Donc inévitablement, ça se répercutait sur sa vie de tous les jours et sur ses enfants.

« Je pense qu’elle a voulu bien faire, tout le temps. Comme elle le dit très bien, d’une certaine façon, on a été, à un moment donné, un obstacle, pour elle. Elle était seule avec trois enfants. Allier ça avec son besoin fondamental d’écrire, parce que c’est là qu’elle se réalisait véritablement en temps qu’être humain. Tout ce qui était relié à l’écriture était essentiel pour elle. Parce que c’est là qu’elle respirait. »

Extrait:

« 8 août 1998,

Je n’ai pas  appris à vivre et c’est trop tard maintenant. Les autres me fascinent, m’effraient, me  déplaisent ou me plaisent, c’est selon. Les autres sont toujours présents, toujours juges. Je ne m’en défais pas. Je n’imagine jamais une situation où je commencerais par prendre ma part. Je calcule quelle part me restera et je me bagarre pour la grossir ou l’améliorer. Je voudrais cesser d’éprouver de la rage, elle me rend bête. Je voudrais n’user que du rire. »
 

- Marie Cardinal, L’inédit

Commentaires