/news/currentevents
Navigation
CRIMINALITÉ | INTERACTIF

Notre carte des agresseurs sexuels

Y en a-t-il un près de chez-vous ?

Coup d'oeil sur cet article

En 12 mois, 325 personnes ont défilé au palais de justice de Québec pour faire face à des accusations à caractère sexuel. Des accusés de tous âges, qui vivent près de chez vous sans que vous en soyez informé.

Une compilation exclusive, réalisée par Le Journal de Québec, permet de répertorier et d’identifier sur une carte géographique de la région les lieux de résidence de tous ces agresseurs allégués. La carte, présentée dans notre édition papier, est aussi disponible sur le site Web du Journal au www.journaldequebec.com (réservé aux abonnés*).

La recherche permet pour la toute première fois au Québec de connaître en un simple coup d’œil, l’état de la situation concernant des abus sexuels pour la capitale.

L’engin de recherche sur Web vous permet d’abord de trouver le quartier où vous résidez. En quelques secondes, on peut donc faire des constats et tirer des conclusions sur les dangers potentiels. Rappelons-le, tous les points rouges représentent les personnes accusées au palais de justice de Québec en une seule année, soit depuis le 1er septembre 2011.

Registre national

Imaginez un instant l’allure du Registre national des délinquants sexuels (une liste noire accessible uniquement par les policiers) qui accumule des données depuis maintenant sept ans. Au cours de cette période, pour le simple district de Québec, 576 accusés ont été fichés dans ce registre. Pour l’ensemble de la province, ce nombre dépasse maintenant 5 700 individus.

Dans le district de Québec, une personne sur 2 600 est un agresseur sexuel allégué. Un taux beaucoup plus important que ce que l’on retrouve dans la région de Montréal, où ce taux est de un pour 3 200.

Plusieurs secteurs chauds

En observant la carte, on remarque que les secteurs plus nantis de Québec, à l’ouest de l’autoroute Henri-IV ou encore la municipalité de Lac-Beauport par exemple, sont presque dépourvus de citoyens ayant commis des gestes à caractère sexuel.

À l’opposé, pas moins de 15 agresseurs sexuels allégués habitent le secteur Limoilou. Une douzaine d’accusés habitent la basse-ville et le faubourg Saint-Jean-Baptiste.

La carte permet aussi de remarquer un haut taux d’agresseurs sexuels allégués dans les environs de deux parcs très fréquentés par les jeunes familles. Six accusés habitent à proximité du parc Henri-Casault à Charlesbourg. Dans le quartier très familial de l’avenue Banville près du parc Chauveau, quatre individus accusés ont été identifiés.

— Avec la collaboration de Jean Fortier et Mélissa Castonguay

 * Pour accéder à la carte, il faut être membre VIP du site. Notez que les abonnés aux éditions papier ou électronique du Journal de Québec ont un accès gratuit au statut de membre VIP du site Web. Il suffit de s'inscrire.

Commentaires