/entertainment/tv
Navigation

Un coq qui crie en français

Le Québec fait son entrée dans le long-métrage d’animation

Le coq de Saint-Victor
© Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Anne Dorval et Guy Jodoin donneront vie aux deux personnages principaux du film Le coq de Saint-Victor, qui sera le premier long-métrage d’animation tourné en version originale française au Québec.

Gaston Lepage, Martin Drainville, Alexis Martin et Mariloup Wolfe prêteront aussi leurs voix aux personnages de cette adaptation du roman Le coq de San Vito, de l’auteure de Limoilou Johanne Mercier, a appris Le Journal de Québec.

D’autres artistes québécois, dont l’identité sera dévoilée plus tard, compléteront la distribution, a indiqué la productrice Nancy Florence Savard.

Guy Jodoin incarnera le maire de Saint-Victor, un village dont tous les habitants sont tirés du lit aux petites heures chaque matin par les cris du coq. Le maire attribue la prospérité de son village à l’animal, mais la colère gronde parmi les villageois, qui cherchent à se débarrasser du bruyant coq.

Selon Nancy Florence Savard, le réalisateur Pierre Gréco souhaitait dès le départ confier le rôle de la boulangère Florence, la vis-à-vis du maire, à Anne Dorval.

« Quand on lisait le scénario, c’était tellement elle. On aurait dit que l’auteure l’avait écrit pour Anne », dit la productrice.

En français d’abord

Les comédiens, selon elle, sont très excités à l’idée d’être pour la première fois « la voix maîtresse » d’un film plutôt que de le traduire de l’anglais.

« C’est la première fois qu’un film d’animation se fait et que la version originale est québécoise. Normalement, ils doivent se coller à la proposition anglophone. Ils essayent de s’inspirer de quelque chose qui est déjà écrit et en images. Cette fois-ci, c’est leur jeu qui va inspirer les animateurs. Ce sont eux qui vont donner la couleur aux personnages. »

L’enregistrement débute dès ce matin, à Montréal, alors qu’on procédera à une première lecture en présence du réalisateur.

À Québec

Une fois les voix enregistrées, toute la production se transférera à Québec. L’animation se fera dans le quartier Saint-Roch, notamment chez Frima Studio.

« Nous ferons appel à beaucoup de pigistes », indique Nancy Florence Savard.

Le coq de Saint-Victor sera une production qui mélangera le 2D et le 3D, mais « pas en stéréoscopie », précise-t-elle. Ça signifie qu’il ne faudra pas mettre de lunettes pour être exposé à l’effet 3D au cinéma, comme c’était le cas pour le premier Histoire de jouets, selon la productrice. Distribué par Équinoxe Films, Le coq de Saint-Victor devrait prendre l’affiche à Pâques 2014.

Ce sera le deuxième film d’animation produit par 10e Ave, la boîte de production de Nancy Florence Savard basée à Saint-Augustin-de-Desmaures.

Sarila, un conte campé dans le Grand Nord canadien et qui met en vedette Christopher Plummer, Geneviève Bujold et Rachel Lefevre dans sa version originale anglaise, atterrira sur les écrans au début du mois de février 2013.

 

Commentaires