/news/currentevents
Navigation
rapatriement

« C’est du cas par cas »

Justice
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

En cette journée internationale contre la peine de mort, même si Amnistie internationale demande le rapatriement des cinq Canadiens condamnés à mort à l’étranger et déplore la passivité du gouvernement canadien, rien n’oblige l’État à ­répondre à cette demande.

«Rapatrier un citoyen canadien, c’est la prérogative du gouvernement, ce n’est pas une obligation. De la même manière, rien n’oblige un gouvernement à renvoyer un prisonnier dans son pays d’origine», explique Jad-Patrick Barsoum, vice-président du Jeune Barreau du Québec.

S’il n’existe pas d’entente ­diplomatique entre les pays concernés et si le pays qui condamne n’a pas signé de conventions internationales, il n’y a pas de question à se poser : «C’est du cas par cas», souligne Me Barsoum.

Volonté politique

Rapatrier des Canadiens lorsqu’ils sont condamnés à mort dépend d’une volonté politique d’un gouvernement particulier, répond lui aussi Alexandre Pelletier-Audet, doctorant historien spécialiste de la condamnation à mort au Québec.

«Les gens qui ont fait un crime à l’étranger, on a tendance à s’en laver les mains», estime celui qui a étudié les bourreaux au Québec.

«La peine de mort a été abolie alors que la majorité de la population était en accord», ­indique M. Pelletier-Audet.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.