/entertainment/music
Navigation
Jean-Guy Moreau

Album posthume d’un grand sensible

Jean-Guy Moreau
Photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Moins de six mois après son départ, Jean-Guy Moreau revit à travers un album de ses propres chansons, Un jour je serai un océan, un projet qu’il était sur le point de compléter lorsqu’il est mort et dans lequel le fantaisiste s’efface pour nous faire découvrir le poète et le père aimant et sensible qu’il était.

En entrevue au téléphone à quelques jours du lancement de cet album posthume, prévu le 16 octobre, sa fille Sophie a avoué candidement qu’elle n’a pas encore été capable de l’écouter.

«Je ne suis pas encore capable de réécouter sa voix parce que c’est justement sa voix à lui, ses mots à lui. Je n’ai pas envie de m’effondrer en larmes», dit-elle.

Il faut dire que Jean-Guy Moreau se dévoile en toute intimité comme jamais il ne l’avait fait avant. Une chanson est dédiée à son fils Antoine (Chanson pour Antoine), une autre à son frère mort quelques mois après sa naissance (Jacques) ainsi qu’une à sa grande amie Clémence Desrochers (À cœur ouvert).

«Nous avons toujours su que notre père était un être extrêmement sensible sous une carapace aussi épaisse que plusieurs murs de béton. Sur cet album, le mur de béton s’est effrité et c’est le fun qu’il montre son vrai visage à tout le monde et non juste à nous. (...) On savait qu’il avait souvent manqué de confiance en sa propre voix. C’est donc très courageux de sa part de se jeter dans le vide, de faire quelque chose qu’il n’a jamais fait en cinquante ans de carrière», louange sa fille.

Passer le flambeau

Ça faisait déjà quelques années que Jean-Guy Moreau travaillait sur cette série de chansons. Lui qui n’avait toujours qu’imité les Robert Charlebois et autres figures du monde musical québécois a dû apprendre à interpréter ses propres chansons.

Au moment de son décès, presque toutes les pistes étaient enregistrées. Parmi les ti-tres qui restaient à compléter, il y avait Pour moi tout seul, un duo avec son fils que ce dernier a finalement interprété et mis en musique.

«Il a passé le flambeau à Antoine. Littéralement. C’est très beau et poétique que ce soit son fils qui finisse l’album», dit Sophie Moreau.

Elle ajoute que, pour Véronique, Antoine et elle, il était impératif de compléter le travail amorcé par leur père.

«À l’hôpital, papa avait demandé à Antoine même s’il n’était plus là. Quand ton père te demande quelque chose sur son lit de mort, je ne connais pas beaucoup d’enfants qui ne le font pas. Ça nous faisait plaisir de réaliser un dernier projet avec lui.»

Un spectacle?

En plus de la voix de Jean-Guy Moreau, on entend aussi celles de Martin Deschamps (Le fun est parti) et Marie Michèle Desrosiers (reprise de À cœur ouvert) sur Un jour je serai un océan.

Un spectacle basé sur les chansons de son père pourrait-il voir le jour à la suite de la parution de l’album? Sophie Moreau n’avait jamais réfléchi à cette possibilité, mais admet que ce serait une bonne idée.

«Je vais en parler à mon frère, ma sœur et les Productions de l’Onde. C’est sûr qu’on voudrait préparer un hommage à papa. Ce n’est pas bête comme idée.»

L’album Un jour je serai un océan, de Jean-Guy Moreau, sera en vente à compter du 16 octobre.

Commentaires