/news/provincial
Navigation
Suicide | Prévention

L’expérience des idées noires

Pascale Picard veut mettre son parcours à contribution

Coup d'oeil sur cet article

Première porte-parole du Centre de prévention du suicide de Québec, la musicienne Pascale Picard a elle-même déjà surmonté des pensées suicidaires.

Pascale Picard comprend bien ce que peut vivre quelqu’un en détresse. «Je suis passée par une période plus sombre et ça me permet de comprendre, a avoué la musicienne. J’ai déjà eu des idées noires et personne n’est à l’abri de ça.» Sans affirmer que sa décision de plonger dans l’aventure avec le Centre de prévention du suicide soit due à son passé, elle croit tout de même que son expérience apportera de l’eau au moulin. «Moi, ce qui m’aide lors des périodes plus sombres, c’est d’en parler, a-t-elle expliqué, soulignant que les gens se confient énormément à elle.

Maintenant âgée de 30 ans, elle se dit heureuse de pouvoir «mettre la main à la pâte» afin d’aider ses semblables. «Je veux m’impliquer, a-t-elle mentionné. C’est ici, au Québec, qu’il y a trois suicides par jour et je veux aider concrètement. Comme artiste, je veux essayer de redonner, de porter un message.»

Plus d’argent

Profitant de la présentation de sa toute première porte-parole, le Centre de prévention du suicide de Québec a annoncé avoir amassé des fonds de 1,2 million tout au long de sa campagne de financement régionale.

Le montant d’argent recueilli est plus élevé que ce qui avait été prévu cette année, a souligné Pierre Dolbec, président du conseil d’administration de la Fondation du Centre de prévention. «On pensait atteindre 850 000 $ au début», a-t-il avoué.

Il se dit heureux d’en être arrivé à un aussi gros montant, sachant que le suicide est encore considéré comme un intrus dans le milieu des campagnes de financement. «Le taux de mortalité est deux fois plus élevé par le suicide que sur les routes. Pourtant, quand tu regardes tout l’argent qui est mis sur l’alcool au volant. Mais, pendant ce temps-là, on regarde le suicide du coin de l’œil, a-t-il dit. On ne le délaisse pas, mais de justesse.»

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.