/entertainment/comedy
Navigation
Achats en groupe

Offre irrésistible de Patrick Huard

Patrick Huard
© René Baillargeon

Coup d'oeil sur cet article

Patrick Huard et le site d’achats en groupe Internet Tuango ont mis en vente au cours des dernières heures une série de billets à rabais pour ses spectacles des 14, 15 et 16 novembre, à la salle Albert-Rousseau. Il s’agit pour l’humoriste d’une nouvelle façon de vendre ses billets.

Tuango n’est pas un site de revente. Le groupe, qui est présent partout au Québec et qui compte 1 250 000 membres, négocie avec des restaurants, des entreprises de services, des artistes et avec des salles de spectacle pour offrir des rabais à ses abonnés.

L’abonnement est gratuit et les membres reçoivent tous les jours des offres concernant leur localité.

La puissance du groupe, selon Nicole Tarazi, directrice des opérations, permet d’offrir des rabais exclusifs qui peuvent aller jusqu’à 50 %.

Tuango, qui existe depuis juin 2010, a mis en vente des billets pour différents événements au fil des mois, dont des spectacles du Cirque du Soleil, les Grands Ballets canadiens, des concerts d’evenko et des prestations d’humoristes.

À Québec, Tuango a offert à ses membres au cours des derniers mois des billets pour Le dîner de cons, La cage aux folles, Les 39 marches et pour Sylvain Cossette.

Moitié prix

Les billets de Patrick Huard qui ont été mis en vente en début de semaine étaient réduits de moitié.

François Flamand, gérant de l’humoriste, utilise de plus en plus cette façon de faire afin de vendre certains billets.

«On n’a aucune difficulté à vendre les meilleurs sièges des salles, mais c’est un peu plus compliqué pour les autres billets qui sont les plus éloignés de la scène. C’est aussi le cas lorsque les spectacles sont présentés en semaine», a-t-il fait remarquer, lors d’un entretien téléphonique.

En s’associant avec des sites d’achats groupés, comme Tuango et Groupon, l’humoriste peut ainsi vendre ces billets et remplir ses salles.

«C’est quelque chose qui fait maintenant partie de nos budgets et de notre stratégie de mise en marché. Ça fonctionne et c’est hallucinant», a laissé tomber François Flamand.

«Les billets de spectacles ne se vendent pas aussi facilement qu’avant. La façon de les vendre a aussi changé avec 90 % des billets qui se vendent sur Internet. Il faut s’adapter et tenir compte de ces réalités», a-t-il mentionné.

Événements spéciaux

En s’associant avec ces sites d’achats groupés, les coûts de publicité pour vendre les billets restants deviennent minimes et inexistants.

«Ces sites ont une clientèle formidable. Ils sont capables de vendre énormément de billets à l’intérieur de leur réseau d’abonnés. C’est extraordinaire et c’est quelque chose qui permet avec des coûts de publicité qui sont moindres de vendre les billets à un meilleur prix. C’est profitable pour nous et pour le consommateur», a dit le gérant.

François Flamand précise que cette initiative, au départ, avait pour seule et unique mission de contrecarrer les activités des revendeurs.

«C’était aussi une façon, pour nous, de conserver un certain nombre de billets en circulation. Les revendeurs mettent beaucoup d’argent dans leurs poches et on voulait arrêter ce phénomène.»

 

Commentaires