/opinion/columnists
Navigation

Des histoires qui font mal paraître

Coup d'oeil sur cet article

Comme enseignant, ce genre de situation nous met face à une réalité et nous devons mettre encore plus d’efforts pour inculquer aux jeunes le degré de professionnalisme que la société attend d’eux. Les policiers se doivent d’être transparents et d’avoir un comportement exemplaire en tout temps.

Comme enseignant, ce genre de situation nous met face à une réalité et nous devons mettre encore plus d’efforts pour inculquer aux jeunes le degré de professionnalisme que la société attend d’eux. Les policiers se doivent d’être transparents et d’avoir un comportement exemplaire en tout temps.

Ce cas est un exemple qui va permettre de renforcer, auprès des étudiants, l’importance des attentes de la société envers les policiers.

À tord ou à raison, les gens ont le droit de nous critiquer puisqu’ils payent pour ce service. Même si Benjamin Pelletier est innocent jusqu’à preuve du contraire, ce sont des accusations de nature très sérieuse.

Il faut se rappeler en tout temps à quel point nous devons être plus blancs que blanc et de remplir le mandat que la population nous a confié.

Tous les cas dont on a entendu parler dans les dernières années font en sorte que les gens nous jugent très sévèrement et ça nous fait mal paraître. Cependant, il faut comprendre que d’autres policiers réalisent des actions positives chaque instant. Il est important que la société continue à avoir confiance envers les agents puisque les cas médiatisés sont des exceptions.

Ce qui ressort de tout ça, c’est que parfois, l’être humain, de par ses actes et ses agissements, va oublier les obligations qu’il a en tant que policier. On n’est jamais à l’abri d’un incident, d’où l’importance d’être très vigilant.

Réputation ternie

Le service de police au complet va être entaché. Les policiers sont tannés de se faire pointer du doigt, parce que c’est toujours les points négatifs qui ressortent. Les agents vont se le faire dire lorsqu’ils prendront des plaintes dans les prochains jours.

Benjamin est passé de héros une journée à zéro le lendemain. Quand il était étudiant, il n’a jamais eu de comportements désordonnés et il s’impliquait. Son cheminement de carrière ne sort pas de l’ordinaire. C’était un bon étudiant. Il était discipliné et ordonné.

— Propos recueillis par Andréanne Huot

Commentaires