/news/politics
Navigation
Daniel Breton | BAPE

«Erreur de jugement»

Pierre Arcand
© Les archives Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Daniel Breton a commis une «grave» erreur de jugement en débarquant dans les bureaux du BAPE, où il a rencontré les commissaires à huis clos en plus de recueillir leurs numéros de téléphone cellulaire.

C’est ce que croit l’ancien ministre de l’Environnement, Pierre Arcand, au sujet de la visite du ministre Breton dans les bureaux du BAPE le 24 octobre.

«Le problème c’est l’histoire de la liste des numéros de téléphone et ce qui est encore plus grave, c’est d’avoir réuni les commissaires à huis-clos (...) Pourquoi un ministre, au-delà de ce qui est écrit dans la loi, irait parler aux commissaires; pour dire quoi?», demande Pierre Arcand, qui a occupé la fonction de ministre de l’Environnement pendant deux ans au sein du gouvernement de Jean Charest.

«À mon avis, le ministre a commis une erreur de jugement assez grave», ajoute le député libéral de Mont-Royal, qui dit n’être jamais allé au bureau du BAPE parce qu’il s’agit, dit-il, d’un tribunal indépendant, même s’il relève du ministre de l’Environnement. «Il y avait un mur entre le BAPE et le cabinet du ministre», signale M. Arcand, qui dit avoir fait des visites de courtoisies à toutes les directions régionales de son ministère ainsi qu’à Recyc-Québec pendant qu’il était en fonction.

Il se rappelle avoir communiqué à deux reprises avec le président du BAPE (Pierre Renaud à l’époque). La première fois, le ministre lui a téléphoné vers la fin de l’été 2010 pour l’informer du mandat de mener une enquête sur les gaz de schiste; la seconde, c’était en février 2011, le président est venu le rencontrer pour lui remettre le rapport d’enquête sur les gaz de schiste.

Pierre Arcand estime que son successeur à l’Environnement agit avec dogmatisme. La nomination de l’ex-président de l’Union québécoise de conservation de la nature Pierre Baril, à la présidence du BAPE, risque d’entacher à son avis, la neutralité du BAPE, l’UQCN devenue Nature Québec étant décrit comme un groupe militant pour la défense de l’environnement. Le militantisme environnemental n’est pas compatible avec le rôle du BAPE, a signifié M. Arcand.

Commentaires