/opinion/blogs
Navigation

Le côté cool de Kamouraska

Coup d'oeil sur cet article

IMG_2792_2 Le menu Kamouraska de Michelle Marek, version manuscrite

Ces jours-ci, au Labo Culinaire de la Société des arts technologiques, le menu concocté par les chefs Michelle Marek et Seth Gabrielse rend hommage à un lieu gastronomique qui sera peut-être inattendu, pour certains: Kamouraska. Jusqu'à la fin du mois, on y sert entre autres l'agneau de Kamouraska, l'anguille et l'esturgeon fumés de la Poissonnerie Lauzier, le pain de la Boulangerie Niemand, les légumes de La Société des Plantes, les charcuteries de Fou du Cochon et Scie et  le fromage du Mouton Blanc. (Dans ces deux derniers cas, on est en fait à La Pocatière, mais à Kamouraska, on semble considérer que La Pocatière fait partie de la famille).

Étant de Québec, j'ai beaucoup plus entendu parler des prouesses gastronomiques de la région de Charlevoix, au fil des ans. Et si Charlevoix reste plus organisée, avec une production du terroir plus importante, il existe autour de Kamouraska une belle ébullition, ces temps-ci, avec une production originale et bien mitonnée. Car au-delà des producteurs mentionnés ci-dessus, on pourrait aussi parler de la ferme Raku, où l'on produit du seigle utilisé par la Boulangerie Niemand, ainsi que de l'excellent raisin de table. Ou encore des Jardins de la mer, où sont cueillies des plantes des environs, particulièrement des maritimes comme la salicorne ou le persil de mer. Ou encore du Jardin du Bedeau, qui fait notamment des confitures et des vinaigres qui sortent vraiment de l'ordinaire.

Évidemment, c'est un peu tranquille, à Kamouraska, ces jours-ci. C'est plutôt de mai à octobre que toute la vie de l'endroit bat son plein. Mais jusqu'à la fin du mois, du jeudi au dimanche, on peut goûter plein de bonnes choses locales au très cool et convivial Bistro Côté Est, tenu avec un beau mélange de bonne humeur et de détermination par Perle Morency et Kim Côté dans le presbytère du village. On y met en valeur les produits régionaux avec talent et finesse - et humour, aussi, comme en témoigne un burger de phoque surnommé le "Phoque Bardot". Allez-y avant qu'ils prennent leur repos saisonnier (il y aura même un "pique-nique" en musique, le 24 novembre) ou sinon, prenez des notes pour le printemps. Voilà un coin de pays à découvrir, tant pour les couchers de soleil sur le fleuve que les délices des papilles.

Kamouraska, soulignons-le, est aussi le lieu de naissance de Normand Laprise, un des plus grands chefs québécois et l'un des artisans les plus engagés de la mise en valeur du terroir québécois. C'est aussi de là qu'est originaire Frédéric Morin, de chez Joe Beef - et son associé David McMillan y passe ses étés. Il y a même Christian Bégin qui en a fait sa terre d'adoption. Coudonc, qu'est-ce qu'il y a dans l'eau ou dans l'air, là-bas?

 

 

1 commentaire(s)

Monique Vallerand dit :
13 mars 2013 à 23 h 31 min

Le saviez-vous ???Il y a l'agneau du KRT et l'agneau du Kamouraska deux produits a ne pas confondre, L'agneau du KRT viens de la grande région du( K)amouraska -(Ri)vière-du-loup et (T)émiscouata, assez grand merci... et que« l'agneau du Kamouraska» est une marque déposée par le Magasin Général du kamouraska !!! cet agneau est né, est élevé dans le kamouraska et a bénificié pour sa nouriture des herbes salées unique a cette région et est vendu uniquement par le Magasin Général du Kamouraska il est vendu sur Montréal par certains bouchers triés sur le volet en raison de sa rareté... et est servit tout l'été au Restaurant l'Amuse-Bouche de Kamouraska ??? j'en suis sure et que bien d'autre secrets se cachent là eux aussi à kamouraska...... a partir du début de mai un village, une présence, une sensation, un goût unique a partager........