/news/currentevents
Navigation
Crime | santé mentale

Guy Turcotte est un homme libre

Un risque important, mais acceptable pour la sécurité du public, selon les experts

Coup d'oeil sur cet article

Moins de quatre ans après avoir tué ses deux enfants, Guy Turcotte est un homme libre. Il a obtenu hier le droit de quitter l’Institut Philippe-Pinel sous conditions.

Après une courte journée d’audience devant la Commission d’examen des troubles mentaux, qui a révisé hier, pour la seconde fois, ses conditions de détention, l’ex-cardiologue est rentré dans la salle d’audience le pas léger. Ses avocats avaient le sourire aux lèvres.

Ils ont obtenu ce qu’ils souhaitaient : Guy Turcotte peut reprendre «une vie normale», pour employer ses propres termes.

Seul bémol, la commission lui impose de poursuivre sa psychothérapie à raison d’une rencontre par semaine avec un psychologue.

Il devra également faire approuver son nouveau logement par le personnel médical de l’Institut et ne pourra pas reprendre contact avec son ex-épouse, Isabelle Gaston, ni son conjoint, ou approcher leur résidence à moins de 500 mètres.

Le psychiatre Pierre Rochette, qui s’était opposé à sa libération il y a six mois, a approuvé cette décision. Il estime que Guy Turcotte a beaucoup progressé au cours des derniers mois en s’investissant dans sa psychothérapie, ce qui n’était pas le cas auparavant.

Le médecin juge par ailleurs que le patient ne présente pas «de signe de maladie mentale». Si bien qu’il n’est pas médicamenté pour troubles mentaux, mais pour contrôler la chute de ses cheveux.

Dangereux

Les trois commissaires ont toutefois statué à l’unanimité que l’accusé représente toujours «un risque important pour la sécurité du public». Il demeure en effet vulnérable au stress et son travail psychologique n’en est qu’à ses débuts.

Malgré tout, Guy Turcotte représente un risque acceptable aux yeux des experts. Il n’y a donc pas lieu de le maintenir en détention.

Depuis six mois déjà, l’homme sort régulièrement de l’institut psychiatrique, seul ou accompagné.

«Je me promène partout dans la ville», «je prends des bains de foule», a-t-il raconté lors de son témoignage. Il a même souligné être régulièrement en contact avec des enfants.

Manipulateur

La grand-mère des deux jeunes victimes, Rachel Gaston, était très déçue du diagnostic favo­rable de l’équipe médicale à l’endroit de son ex-gendre.

«C’est une vraie honte! Lui, il est capable de dormir, moi je ne dors plus!» a-t-elle déclaré. Pour elle, l’ex-cardiologue a profité de ses connaissances médicales pour manipuler les médecins.

La procureure de la couronne, Me Caroline Lafleur, a justement questionné le Dr Rochette sur la possibilité que Guy Turcotte sache parfaitement ce qu’il a à faire ou à dire pour mettre l’équipe médicale de son côté.

Mais le psychiatre a écarté cette possibilité : «Je le sens sincère», a-t-il répété à plusieurs reprises.


• Guy Turcotte a reconnu avoir poignardé à mort ses deux enfants, Anne-Sophie 3 ans et Olivier 5 ans. Le drame s’est déroulé le soir du 20 février 2009 dans la résidence de Piedmont, dans les Laurentides.

• En octobre, un juge a ordonné que l'ADN de l'ex-cardiologue soit classé dans un registre policier avec celui de 300 000 criminels canadiens, «vu la gravité des gestes posés et de l'infraction reprochée».

 

«
Il est manipulateur au bout ! »
Rachel Gaston,
grand-mère des victimes
«
Il y a beaucoup de préjugés des gens envers moi. »
«
La luxation de mon pied a été l’événement le plus anxiogène que j’ai eu dans l’année. »
«
La colère contre mon ex-conjointe, il n’y en a pas ben ben. Il n’y a pas grand-chose à dire là-dessus. »
Guy Turcotte, meurtrier
non criminellement responsable
«
La luxation de la cheville, en mai, l’a obligé à ralentir, à calmer sa fuite en avant. Il a laissé les émotions monter. »
«
J’ai l’impression que la colère est atténuée, mais c’est quelque chose qui commence juste à être abordé. »
Dr Pierre Rochette, psychiatre
«
Je n’ai plus espoir en notre système de justice, pas avec les règles actuelles. »
Isabelle Gaston, mère des victimes
Sur le même sujet
Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.