/news/currentevents
Navigation
Guy Turcotte

Pas de huis clos

Guy Turcotte (crop)
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Guy Turcotte, déclaré non responsable criminellement des meurtres de ses deux enfants, a renoncé mardi matin à la tenue à huis de son audience devant la Commission d'examen des troubles mentaux (CETM) afin de ne pas retarder le déroulement des procédures.

Durant les auditions, qui dureront trois jours, le comité maintenant formé de trois commissaires réévaluera le risque que peut représenter l'ancien cardiologue pour la sécurité du public, et la possibilité de le libérer de l'Institut Philippe-Pinel où il est détenu depuis juillet 2011.

Le psychiatre de Guy Turcotte, Pierre Rochette, de même que son équipe et divers spécialistes feront état de leurs observations sur l'évolution du patient afin de permettre aux commissaires de prendre leur décision.

Selon ce qu'a raconté le Dr Rochette mardi matin durant son témoignage, Turcotte a fait des progrès significatifs et s'est montré intéressé aux thérapies proposées.

«La loi prévoit une mise à jour annuelle pour que les commissaires puissent s'assurer que l'état mental du patient évolue de façon positive, a expliqué le porte-parole de la CETM, Me Jean-Claude Hébert. L'objectif est d'arriver pour l'hôpital à faire un compte-rendu au commissaire pour leur dire: “Ça va bien, il n'y a pas de changement ou ça va mal.” Si ce bonhomme-là représente un risque pour la sécurité du public, les commissaires ont tous les pouvoirs pour dire: “On se reverra dans un an M. Turcotte”.»

Le 5 juin dernier, la CETM avait décidé que, tout en demeurant détenu à l'hôpital psychiatrique, le meurtrier de 40 ans pourrait se prévaloir de sorties. Les commissaires avaient toutefois conclu que Turcotte ne pouvait pas être libéré inconditionnellement et qu'il ne pouvait pas non plus, et dans l'immédiat, être libéré sous réserve de conditions.

L'accusé devait de plus être accompagné et supervisé dans la transition entre son environnement actuel à l'Institut Philippe-Pinel et la vie dans la réalité du monde extérieur.

Depuis qu'il peut sortir seul, les promenades à vélo de Guy Turcotte ont fait les manchettes, de même qu'une de ses sorties lors d'une fête de famille où des photos de lui sur Facebook le montrant sourire aux lèvres avec l'enfant d'une de ses sœurs sur les genoux ont provoqué la stupéfaction.

Turcotte a tué à l'arme blanche ses enfants Olivier, 5 ans, et Anne-Sophie, 3 ans, en février 2009 dans une maison qu'il louait à Piedmont dans les Laurentides, quelques semaines après sa séparation avec l'urgentologue Isabelle Gaston.

Le 5 juillet 2011, après six jours de délibérations, le jury déclaré Guy Turcotte non responsable criminellement pour cause de troubles mentaux. Leur verdict avait soulevé l'ire dans la population.

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.