/opinion/blogs
Navigation

Pediasure? Pas sûr.

Coup d'oeil sur cet article

J'avais reçu cette publicité dans un courriel circulaire d'une chaîne de pharmacie (celle où on trouve de tout, même...). Au départ, j'avais expédié le tout dans la corbeille, mais plus j'y repensais, plus j'étais agacé.

Capture d’écran 2013-01-18 à 16

Regardons déjà la statistique: trois enfants sur cinq (en caractères gras, pour l'effet dramatique) sont difficiles à table. Panique dans les chaumières? Il faudrait bien voir d'où sort ce chiffre qui paraît plutôt gonflé comme un estomac plein de bines mal cuites. Il semble tout de même difficile à croire que ça voudrait dire que trois enfants sur cinq sont difficiles tout le temps (en caractères gras, pour l'effet dramatique), comme on essaie de le laisser sous-entendre ici.

Mais ce n'est pas ça, le côté agaçant. Enfin, ce n'est pas ça le plus agaçant. Voire le plus fâchant.

Le truc assez honteux, c'est que la publicité, tablant sur les inquiétudes de la maman-qui-a-peur-pour-la-santé-de-son-enfant, manipule ce message pour proposer... un supplément alimentaire en bouteille. Le "Pediasure Complete", pour ne pas le nommer, "renferme des protéines ainsi que 26 vitamines et minéraux qui procurent aux enfants l'alimentation complète et équilibrée dont ils ont besoin pour leur croissance et leur développement."

Bref, votre enfant fait des manières pour manger son brocoli? Pas de problème, donnez-lui un bouillon de nutriments industriel. C'est sûr que ça va lui communiquer de saines habitudes alimentaires, ça...

Remarquez ici qu'on ne parle pas d'enfants ayant des troubles alimentaires graves ou des problèmes de santé qui pourraient leur couper l'appétit et les mettre à risque. Ce qu'on laisse entendre, c'est que forcément, un enfant difficile à table (concept plutôt imprécis), aura forcément des lacunes à combler dans son alimentation.

Permettez-moi d'en douter fortement. Ce n'est pas parce qu'un gamin, un soir, n'a pas le goût de finir ses petits pois qu'il finira rachitique et malingre. Comme nous l'avait dit un pédiatre, quand nos enfants étaient petits: les enfants, ça ne se laisse pas mourir de faim. Et un soir sans appétit, de temps en temps, c'est loin d'être un drame. L'alimentation est un processus complexe, et les besoins de tout un chacun fluctuent pas mal, de jour en jour.

Cette publicité est insidieuse et indésirable, à mon avis. Parce qu'elle propose une sorte de solution miracle, une option excessivement facile pour "régler" un "problème" sans effort. Et qu'elle laisse entendre qu'une soupe de nutriments, bien calibrée, c'est la même chose que de la nourriture de qualité.

Or, comme le souligne l'excellent Michael Pollan dans son livre Nutrition, mensonges et propagande, ce genre de pensée simpliste est responsable de bien des problèmes alimentaires. C'est une difficulté permanente, de nos jours, de voir apparaître ces "solutions miracles" pour perdre du poids, pour retrouver instantanément la santé - ou son poids d'avant le Temps des Fêtes. Et ces prétentions santé, sur les emballages d'aliments hyper-préparés, qui laissent entendre qu'un aliment est bon pour vous parce qu'il est "une source de fibres", alors qu'il est bourré de sucre (dont on ne vous parle pas).

De voir cette perspective dériver jusqu'à la petite enfance est pour moi un glissement inquiétant. Car au lieu de mettre en place, dans l'esprit des enfants, la seule notion qui compte et qui fonctionne, sur le plan alimentaire - une combinaison d'alimentation équilibrée et d'exercice, tout simplement - on leur met en tête, dès le départ, que l'on peut trouver tout ce dont on a besoin dans un machin préparé.

Tu veux être en santé? Bois ça, dit la pub, et tout ira bien.

J'ose espérer que les mamans sont plus futées que ça et qu'elles savent que bien manger, tant pour le plaisir que pour la santé, ce n'est pas une solution en petits pots - qu'il y ait des Air Miles en prime ou non.

2 commentaire(s)

Vivianep dit :
20 janvier 2013 à 22 h 21 min

Et quelle serait la différence entre Pediasure et les préparations pour biberon pour nourrissons? Le biberon, en d'autres mots?

N'est-ce pas aussi un bouillon de nutriments industriel?

Je crois bien que oui...

Ceci dit, je suis bien d'accord avec vous. Voici encore une solution facile à un problème, à la base, de parentage déficient. Mais dans notre monde moderne où l'on cherche trop souvent à donner à d'autres les responsabilités moins "glamour" de notre rôle de parents, ça ne m'étonnerait pas que ce produit ait un grand succès commercial.

Rémy Charest dit :
20 janvier 2013 à 22 h 38 min

La question est intéressante et ma réponse serait: "oui, mais..."

Oui, en ce sens que le type de composition est similaire.

La différence, c'est que les préparations pour nourrissons remplacent le plus souvent le lait maternel, à un moment où peu d'autres choses les remplacent aussi bien. Remplacer le lait maternel, c'est plus que combler de supposées carences qui seraient créer par des caprices alimentaires.

Si un enfant de quatre ans chipote pour manger son brocoli, il y a bien d'autres légumes verts qui pourraient s'y substituer, par exemple.

Quoi qu'il en soit, vous faites bien de pointer le fait qu'il s'agit plus de travail parental, plutôt que de problèmes alimentaires au sens strict. Et je partage un peu vos inquiétudes sur le succès potentiel du produit.