/sports/others
Navigation
Bourse | Alizée Brien

Aux Championnats du monde, cinq mois après ses débuts!

Aux Championnats du monde, cinq mois après ses débuts!
photo courtoisie Alizée Brien grimpe rapidement les échelons dans le monde du cyclisme.

Coup d'oeil sur cet article

C’était en avril 2011. Ça ne devait être qu’un simple essai, histoire de voir si elle aimerait le vélo sur route et voir aussi comment elle se débrouillerait dans une compétition. Cinq mois plus tard, Alizée Brien était sélectionnée par l’équipe canadienne et participait aux Championnats du monde junior. Plutôt concluant l’essai.

Pourtant, elle n’avait pas eu un très bon résultat lors de cet essai. Il n’y a rien d’extraordinaire à terminer cinquième chez les juniors dans une compétition provinciale. Alizée est la première à le reconnaître.

LA LUMIÈRE

«Je sais que le résultat n’avait rien d’exceptionnel, mais quel plaisir j’ai eu à rouler dans un peloton où les stratégies d’équipe rendaient la course enlevante et où j’ai eu le sentiment d’appartenir et de contribuer à une équipe de quatre filles extraordinaires dont je me rappellerai toute ma vie. Après la course, une lumière s’est allumée dans ma tête et j’ai compris que c’était mon sport», raconte notre neuvième candidate au concours des Bourses d’études du Journal de Montréal/Journal de Québec/RBC.

« Son sport » : elle ne croyait pas si bien dire. Bien sûr, adepte du triathlon depuis sept années, Alizée n’en était quand même pas à ses premiers coups de pédales. Mais reste que les épreuves du contre-la-montre, individuel ou en équipe, ainsi que la course sur route avec ses imposants pelotons, c’est différent. L’adaptation, pour ceux qui y arrivent, demande un certain temps; sûrement plus que cinq mois.

Alizée, elle, l’a fait en un temps record. Trois mois après sa grande révélation, la jeune cycliste de Prévost, dans les Laurentides, participait au Championnat canadien junior où elle a terminé 3e au contre-la-montre individuel et 3e à la course sur route. À la suite de ces remarquables résultats, la cycliste, âgée alors de 17 ans, se joint à l’équipe canadienne et participe, à titre de meilleure candidate à la relève, au Tour de la relève internationale de Rimouski.

Si la transition entre le triathlon et le cyclisme sur route est en voie de réalisation, ça ne se fera pas sans heurts. Dès la première course du Tour, Alizée fait une vilaine chute. Le vélo d’une adversaire a percuté sa roue avant. Le contact a été à ce point violent qu’il en a brisé le cadre de son vélo. Alizée se relève, remonte en selle, et malgré ses multiples éraflures brûlantes, termine la course sur un vélo aussi mal en point qu’elle.

La deuxième journée sera définitivement plus agréable. Sur un vélo fourni par l’équipe nationale, la cycliste des Laurentides terminera 1re au contre-la-montre individuel et en équipe et 4e à la course sur route.

CHUTES ET BLESSURES

Le lendemain, hélas, l’histoire fut bien différente. À la course sur route, alors qu’elle s’engageait dans le dernier tiers, Alizée se fait prendre dans un carambolage et chute une autre fois. Et si elle comptait se reprendre à la dernière épreuve du critérium, elle sera amèrement déçue, car elle tombera de nouveau. «Cette fois, ce fut vraiment mon erreur, avoue la jeune femme. La course était très rapide. Dans un virage, au dernier tour, ma pédale a touché le sol et je suis tombée. Au même moment, je me faisais frapper par un autre vélo» raconte Alizée qui a dû être transportée à l’hôpital, car on croyait qu’elle avait une fracture au bras. Il n’en fut rien heureusement, le diagnostic confirmant qu’il s’agissait de sévères contusions au triceps.

Malgré cette déveine, Alizée était sélectionnée afin de participer à ses premiers championnats du monde qui ont eu lieu au Danemark en septembre 2011 et où elle s’est classée 61e.

La saison suivante, sa deuxième en cyclisme sur route, mais sa première chez les seniors, Alizée a obtenu des résultats qu’elle n’espérait même pas. Troisième au Tour de Batenkill (course sur route) ainsi qu’au Green Mountain stage race aux États-Unis (classement général), troisième également aux Championnats canadiens chez les U-23 (contre-la-montre), première au contre-la-montre aux Championnats québécois et 13e au classement général chez les U-23 au Tour de Bretagne.

La petite lumière qui brille au fond de sa tête est bien loin de faiblir. Imaginez comment elle scintillera si Alizée réalise son grand rêve : une médaille aux Olympiques de 2016, sinon à ceux de 2020.

 

Commentaires