/entertainment/shows
Navigation

Harold Rhéaume avec le Cirque du Soleil

cirque du soleil harold rhéaume
Photo capture d’écran

Coup d'oeil sur cet article

Après Diana Ross, Tom Jones, Pierce Brosnan, Cher, Victoria Beckham et Florence Welch, c’était au tour du Cirque du Soleil et du chorégraphe de Québec Harold Rhéaume de se produire au spectacle du très couru Boxing Day de la chic boutique Harrod’s, à Londres.

Le fondateur du Fils d’Adrien danse a accompagné en effet la célèbre troupe devant les portes de l’établissement le 26 décembre, dans un spectacle événement qui est presque passé sous silence ici. Charmé par le travail du chorégraphe, le Cirque du Soleil avait réclamé ses services pour cette présentation extérieure qui a réuni une douzaine d’artistes.

«C’est très gros là-bas. Chaque année, il y a des centaines et des centaines de gens qui s’agglutinent devant ce magasin mythique pour profiter des aubaines à moitié prix sur les trucs signés, griffés, de designers, explique Harold Rhéaume, joint hier au téléphone. On n’a failli pas le faire à cause de la pluie. Mais on a été chanceux. Le matin du 26, il n’a pas plu! Il y a presque même eu du soleil. On était bénis des dieux», ajoute-t-il.

Deux ans de collabo

L’union entre le créateur de Fil de l’histoire et la populaire troupe de cirque date depuis quelque temps déjà. On se souvient qu’il y a deux ans, Harold Rhéaume avait été sollicité pour assurer la chorégraphie du spectacle gratuit Le Royaume de tôle, troisième chapitre des Chemins invisibles, mis en scène par Olivier Dufour.

Force est de reconnaître que l’organisation a craqué pour le talent du chorégraphe, puisque l’automne dernier, le Cirque du Soleil a de nouveau fait appel à lui pour concocter un concert donné dans le cadre du Sommet des coopératives, à Québec, auquel participaient notamment les Caisses populaires Desjardins.

«On a créé un court spectacle cirque-danse de 15 minutes dans le cadre de ce sommet-là. Guy Laliberté a toujours été reconnaissant au Mouvement Desjardins, puisqu’il a été dans les premiers à financer ses projets de cirque. Il tenait à lui faire un cadeau à la fin des trois jours de rencontres», avance le danseur.

C’est d’ailleurs une adaptation de cette récente création qui a été présentée à Londres. «Il y avait de nouveaux artistes du Cirque, mais c’étaient les mêmes danseurs. J’ai pu récupérer du matériel. Il y avait quelque chose de traditionnel dans la musique. Le spectacle s’exportait bien pour garder la saveur du Québec à Londres. Il faut croire qu’ils ont aimé ce que j’ai fait», se réjouit-il humblement.

Chemins invisibles

Avec toutes ces collaborations, on peut se demander si le chorégraphe de Québec pourrait diriger le cinquième chapitre des Chemins invisibles, qui sera présenté gratuitement cet été sous les bretelles de l’autoroute Dufferin-Montmorency. «Il y aura d’autres collaborations», a laissé tomber le principal intéressé, sans en dévoiler davantage.

Notons qu’Harold Rhéaume, qui vient tout juste de terminer les représentations de sa plus récente œuvre, Fluide, passera les prochaines semaines dans la métropole, où il est en période de création pour les 14 finissants de l’École de danse contemporaine de Montréal.

Commentaires