/finance/taxes
Navigation
Coyotes

Armez-vous de patience

Luc Dupont
Luc Dupont, professeur.

Coup d'oeil sur cet article

À six jours de l’entrée en fonction du nouveau conseil municipal de Glendale, Greg Jamison n’est pas encore propriétaire des Coyotes de Phoenix.

À six jours de l’entrée en fonction du nouveau conseil municipal de Glendale, Greg Jamison n’est pas encore propriétaire des Coyotes de Phoenix.

Après que le conseil municipal eut approuvé une entente de 308 millions $ permettant à Jamison de gérer le Jobing.com Arena, il y a quelques semaines, on a donné à ce dernier jusqu’au 31 janvier pour acheter les Coyotes.

«Nous travaillons pour conclure le dossier», s’est contenté de dire Jamison mercredi soir au réseau Fox Sports de l’Arizona. Selon Luc Dupont, professeur au département de communication à l’Université d’Ottawa, la saga des Coyotes n’est pas près de prendre fin.

«À Phoenix, la situation des Coyotes est rendue loufoque. Plusieurs dates butoirs ont été données à Jamison, à qui je n’accorde aucune crédibilité, mais aucune d’entre elles n’a été respectée. Pour cette année, ça peut encore s’étirer jusqu’en juin. D’ailleurs, en lui donnant plusieurs chances, on lui dit clairement qu’il y a toujours moyen de s’arranger.

«Depuis le début, j’ai le sentiment que la LNH veut sauver la face et qu’elle est prête à faire toutes les contorsions possibles pour y arriver. Ça fait au moins trois ou quatre fois qu’on dit que la transaction est sur le point d’être complétée, mais chaque fois, il y a un lapin qui sort du chapeau. Ou le conseil municipal branle dans le manche ou encore l’argent n’est pas là.»

Conseil municipal

Luc Dupont est étonné de voir à quel point le conseil municipal de Glendale, à lui seul, a fait quelques volte-face. «C’est fascinant de voir ce qui se passe à Glendale. On dit oui, non, peut-être... On accorde de nouveaux délais, la mairesse est contre, des conseillers sont en faveur. Finalement, c’est une farce. «De mon côté, si j’étais le propriétaire d’une équipe de la LNH, je préférerais avoir une concession forte plutôt que d’avoir les Coyotes à Phoenix.»

Expansion dans l’air

M. Dupont pense d’ailleurs qu’une expansion est dans l’air dans le circuit Bettman.

«Je soupçonne une solidarité entre les 30 propriétaires si on leur a promis une expansion de deux équipes. À 250 millions $ chacune, et je suis conservateur dans mes chiffres, ça ferait des revenus supplémentaires d’environ 17 millions par formation. «Si mon équipe perd de l’argent, ces revenus supplémentaires m’aideront à patienter. Mais un jour, il faudra régler le dossier pour de bon.»

Commentaires