/news/currentevents
Navigation

Le Québec plus sévère

Coup d'oeil sur cet article

«Le Québec est plus strict en matière de sécurité incendie que le Brésil», estime le musicien brésilien Joào Catalào qui vit à Montréal depuis 12 ans.

«Ici, on ne peut pas utiliser de feu sur scène, à moins que l’on ait une formation spéciale et qu’il y ait un pompier dans la salle», dit-il.

Les règles sont plus rigoureuses et plus nombreuses, selon lui. «Même pour utiliser des estrades.»

Le membre du groupe Sixtrum a étudié la musique classique pendant quatre ans à Santa Maria, là où s’est déroulé le drame.

Cette discothèque n’existait pas à son époque. «Les clubs ouvrent et ferment rapidement là-bas», dit-il.

Hier matin, en lisant les nouvelles, il s’est senti «bizarre». «C’est une situation que j’ai vécu.»

Problèmes de surcapacité

Depuis l’incendie criminel survenu au Blue Bird Café en 1972 à Montréal, tuant 37 personnes, les mesures de sécurité ont bien évolué dans les discothèques du Québec.

Les problèmes de surcapacité, «c’est rare que ça arrive, affirme le gérant du restaurant-bar Wood 35. Des policiers font régulièrement le tour et demandent la capacité [de l’établissement], s’ils ont des doutes, ils font sortir tout le monde et comptent les gens, c’est beaucoup d’argent perdu pour quelques personnes en plus».

Situé au premier étage, l’établissement a une capacité de 437 personnes. «Nous avons deux portes de sortie d’urgence indiquées par des panneaux obligatoires», poursuite Batho Nguyen.

En cas d’incendie, personne, à sa connaissance, n’est habileté à utiliser un extincteur. «Tout le monde sort. On ne va pas risquer la vie de quelqu’un.»

Des pompiers en tournée

Selon Réal Ménard, vice-président de la commission de la sécurité publique et maire de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, le service des incendies de Montréal a une équipe de pompiers qui se déplace régulièrement dans les discothèques et autres salles du genre. «Ils vérifient les certificats d’occupation, les sorties de secours et la présence d’extincteur».

Ces mêmes pompiers sont aussi habilités à donner des amendes en cas de non respect des mesures de sécurité.

Commentaires