/news/currentevents
Navigation
affaissement

Déjà un mort en 2004

Déjà un mort en 2004
Photo d’archives En avril 2004, un homme est décédé après avoir perdu le contrôle de son camion, qui a basculé dans le fond de la carrière L’Épiphanie. L’inspecteur de la CSST a conclu que la pente était trop accentuée.

Coup d'oeil sur cet article

Un drame s’est déjà produit dans la carrière L’Épiphanie du Groupe Maskimo en avril 2004. La compagnie avait été obligée de revoir son accès au site.

Un drame s’est déjà produit dans la carrière L’Épiphanie du Groupe Maskimo en avril 2004. La compagnie avait été obligée de revoir son accès au site.

Le 24 avril 2004, un homme est mort après avoir perdu le contrôle de son véhicule. Il descendait une pente pour se rendre au fond de la carrière dans un camion de mine, équipé d’une benne basculante.

Le camion aurait pivoté vers la droite entraînant quelques roches et serait tombé dans le fond de la carrière, selon le rapport d’expertise de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) sur le système de freinage du dit camion.

Le conducteur est décédé sur le coup et son passager a été blessé.

Pente trop prononcée

L’inspecteur Sylvain Ménard a conclu que l’état mécanique du véhicule était satisfaisant.

Toutefois, ses observations et des essais réalisés sur le site lui ont permis de conclure que «la pente, pour descendre au fond de la carrière, [était] trop prononcée pour qu’un chauffeur dispose d’une marge de sécurité suffisante pour y circuler.» Notamment en cas d’intempéries, comme c’était le cas ce jour-là.

Il poursuit en indiquant que les rochers utilisés en bordure de la pente ne sont pas placés à une distance suffisante du bord du précipice pour être d’une quelconque utilité.

La compagnie a dû revoir la courbe de la route menant au fond de la carrière.

Litige avec un employé

En septembre 2003, un travailleur journalier de Construction et Pavage Maskimo, Denis Descheneaux, a par ailleurs été blessé au travail.

Il opérait sur un chantier routier à Lacolle. Il se trouvait dans son camion, à l’arrêt, lorsqu’un autre véhicule l’a percuté à vive allure.

L’employeur a été imputé de la totalité des coûts reliés à la lésion professionnelle du travailleur, après deux recours devant la CSST.

La Commission de la santé et de la sécurité du travail a conclu que M. Descheneaux n’était pas majoritairement responsable de la lésion professionnelle et que cela faisait partie des risques inhérents aux activités de son entreprise.

Groupe Maskimo
L’Entreprise ›
Siège social : Trois-Rivières
Date de création : 1974
Président : Louis Marchand
Principale dirigeante : Isabelle Tessier
Plus de 400 employés dont 170 à L’Épiphanie
Expertise ›
Construction et réhabilitation d’infrastructures routières et de génie civil
Fabrication et application d’enrobés bitumineux
Exploitation : 20 carrières, sablières et gravières au Québec
Actionnaire majoritaire de Construction et Pavage Maskimo Ltée qui exploite la carrière L’Épiphanie
Commentaires