/entertainment/opinion/columnists
Navigation
Culture et médias

Sois belle et vends-toi

Coup d'oeil sur cet article

Vendredi, en me promenant à Montréal, j’ai eu l’impression que j’étais revenue en 1950.

Vendredi, en me promenant à Montréal, j’ai eu l’impression que j’étais revenue en 1950.

Au centre-ville, j’ai vu des panneaux d’affichage qui m’ont fait hurler: «Il a réussi. Elle est belle et sexy. Ils se sont rencontrés.»

Sur la photo, un homme aux cheveux poivre et sel et une belle blonde, 15 ans plus jeune que lui.

Arrrrrrrrgh ! Quel cliché: le gars qui a du fric et du pouvoir et la pitoune qui a du sex appeal.

Est-ce qu’on est revenu à l’époque de Mad Men et Papa a raison? Pour les hommes, la carrière, le fric, et pour les femmes, sois belle et tais-toi?

PAPAS GÂTEAU, FILLES GÂTÉES

J’allais appeler la Fédération des femmes du Québec, le Conseil du Statut de la femme et Françoise David pour dénoncer cette affiche sexiste, rétrograde et franchement insultante pour les femmes modernes.

Et puis j’ai vu qui avait payé pour cette publicité: le site chiccheri.com, une agence de matchmaking entre des sugar daddy et des sugar baby. Ça va être quoi la prochaine étape: des agences d’escortes vont s’annoncer en plein centre-ville? «Il aime le sexe. Elle a besoin d’argent pour payer sa coke. Ils se sont rencontrés » Je ne viens pas d’arriver sur terre et de découvrir qu’il y a des agences qui se spécialisent dans la rencontre entre des hommes riches (les papas gâteau) et des jeunes filles qui aiment se faire gâter. Dans le Journal de Montréal, ma collègue Isabelle Verge a fait un excellent reportage sur le sujet. Mais il y a une différence entre offrir ce genre de services discrètement sur internet et l’afficher ouvertement, en grosses lettres, en plein centre-ville de Montréal.

Comment j’explique à mes deux belles filles de 13 et 16 ans que des jeunes filles à peine plus âgées qu’elles ont fait le choix de «carrière» d’être des femmes entretenues, qui se font payer des voyages, des cadeaux, des repas au restaurant?

CHAIR FRAÎCHE À VENDRE

Vous savez ce qui me choque le plus? C’est que les annonces de chiccheri.com que j’ai vues étaient placées tout près des universités montréalaises (j’en ai vu une près de l’UQAM, une près de McGill, une autre près de Concordia). Est-ce un hasard?

C’est un sacré beau message que chiccheri.com envoie aux jeunes femmes qui étudient fort pour devenir ingénieure, chimiste, ou cardiologue.

Pourquoi se fendre en quatre pour faire travailler votre cerveau, mesdames, alors que la société souhaite que vous soyez «belle et sexy» pour plaire à des hommes plus vieux que vous? Pourquoi étudier alors que vous pourriez être entretenue par un homme qui pourrait être votre père?

Sur le site de chiccheri.com, on explique la différence entre ce qu’on appelle une «relation à bénéfice mutuel» et la prostitution. «Tous les cadeaux offerts à une femme dans une relation à bénéfice mutuel sont présentés pour lui faire plaisir, pour la gâter. C’est une question de générosité ou simplement pour aider la femme dans ses projets.»

Mettez ça comme vous voulez, moi quand je vois les affiches de chiccheri.com, j’ai l’impression qu’on annonce en grosses lettres: «Chair fraîche à vendre».

Commentaires